AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Scénarios


News du forum

► Venez découvrir la news n°17 en cliquant ici.
► Pour voir la liste des sujets communs en cours, cliquez ici.

À savoir

► N'oubliez pas que vous pouvez utiliser vos points membres dans la boutique de jeu.



 

Partagez | 
 

 La désolation de Lorcán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: La désolation de Lorcán   Mer 23 Nov 2016 - 10:00






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 10/11
Matin, après-midi, soir : Début d'après-midi
Météo (approximative) : Ensoleillé mais froid
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [x] oui [] non
Commentaire : Parce que les dragons c'est trop HYPE !







Il y a certaines choses qui ne changent jamais vraiment. Ici ou là bas je restais un ovni et j’en étais tout à fait consciente. Si j’en avais honte ? Non… Si j’en avais quelque chose à faire ? Pas spécialement. J’avais depuis longtemps accepté de vivre dans un autre monde à des lieux d’ici. Je vivais avec mon frère depuis quelques temps déjà, et je devais avouer que cette cohabitation avait resserré nos liens. Vivre ailleurs me permettait de me remettre. Je n’avais pas d’emploi vraiment stable… Je vendais de temps en temps des toiles sur le marché et en livrais d’autres lorsqu’il s’agissait de commandes, j’avais mon petit business à moi en plus d’aider mon frère au cabinet. Ce dernier marchait assez bien… Il n’y avait pas à se plaindre de ce côté. Et surtout j’étais fière de ce qu’il avait su créer de ses pattes.

Ce que je pouvais bien fiche ? J’effectuais mon petit rituel quotidien. J’enfourchais mon vélo pour me balader dans le village, une toile vierge accroché aux petits paniers du vélo, Bilbo dans sa petite écharpe de portage, somnolant contre moi. J’étais habillée d’un t-shirt vintage de My Little pony, gris chiné, par-dessus j’avais enfilé une veste à carreau verte que j’avais grande ouverte, et comme l’hiver commençait déjà à s’installer, à tout cela, j’avais ajouté un sweet rouge vif, pour accompagner tout ça, le sempiternel jean noir, et de vieilles converses ayant vu des jours meilleurs.
Les paysages défilaient lentement devant mes yeux, je ne pouvais rouler trop vite de toute façon, vous avez déjà roulé sur quelqu’un à vélo ? C’est jouissif mais après, paye ta réputation ! Je passais devant une bâtisse quelconque quand un souffle bruyant se fit entendre et que la porte s’ouvrit à la volée avec puissance.

« Oh-oh… »

Vous vous demandez sans doute ce qui est sortit de la porte de cette petite maison ? Un jet de flamme, le GROS jet de flamme, j’eus à peine le temps de dévier ma trajectoire, me croyant sauve… Autant le dire tout de suite, il n’en était rien, le sentiment de sécurité était de courte durée, puisque mon cerveau avait en chemin sauté une étape, le freinage… Un cri retentit suivit d’un énorme bruit. C’est ainsi que se déroula mon premier baiser avec un mur du Leatherland, expérience incroyable et innovante ! Enfin… Je mis un peu de temps à me relever, légèrement sonnée… Mais repris bien vite mes moyens, j’avais vu un jet de flamme, et qui disait jet de flamme disait forcément « DRAGON » non ? Vous n’êtes pas d’accord ? C’est que vous n’avez pas assez de passion ni d’imagination mes pauvres ! Je me relevais, passant les mains sur mon jean pour en retirer toute la poussière qui s’y était installé, m’inspectant minutieusement, j’allais sans doute traîner quelques bleu, et une petite bosse sur la tête, BON sans parler de l’écorchure au genoux qui était en train de teinter mon jean et de le rendre encore plus sombre, mais qu’importe, je relevais mon vélo, le plaçant en équilibre contre un mur, gare à celui qui s’imaginait pouvoir le piquer !

Ce fut dans une démarche incertaine que je m’approchais de la maison, me coulant contre le mur juste à côté de la porte, vérifiant que je n’entendais plus l’étrange souffle. J’étais rêveuse et marginale… Pas idiote ! Avant de glisser une petite partie de ma tête, j’avais attrapé au besoin la première chose qui m’étais venue à la main pour me défendre… Baissant les yeux vers le Koala que je tenais à bout de bras, chuchotant.

« Bah quoi ? Qui est placé mieux que toi pour me défendre d’un Dragon mon chère Koabbit ? »

Il me lança un regard brillant de… Quelque chose que je n’aurais su comprendre. Parfois, je me demandais si l’eucalyptus n’était pas hallucinatoire, ou si monsieur n’avait pas l’impression que tout ça n’était qu’un rêve. Il me bailla au visage et je pris ça pour un « oui ».
Puis je glissais ma tête par l’ouverture, regardant l’intérieur curieuse. Puis décidant qu’il fallait y aller d’un coup, me glissant à l’intérieur, comptant sur le capital sympathie du koala baba cool pour me sauver la mise ! OUI tout le monde me disait que ces belles bêtes n’existaient, pas, mais je voulais y croire. Si la magie existait… Les énormes lézards volants le devaient aussi non ? J’avais refusé de baisser les bras.

« Les griffes en l’air ! Je viens en paix ! »


J’attendis… Une seconde, deux secondes… Une minute, fermant les yeux tout fort, m’imaginant déjà transformée en steak façon barbecue, avant d’ouvrir les yeux, arquant un sourcil, reposant mon koala dans mes bras. Aucun ENORME popotin écailleux et gueule dentée cracheuse de flamme. Il y avait juste un homme. J’arquais un sourcil, avant de m’approcher, lui tournant autour.

« C’est toi le dragon ? Tu es imposant… Certes, mais un peu moins que je l’imaginais… Et puis t’as pas d’ailes, c’est dommage. Enfin… Je sais bien qu’il n’y a pas besoin d’ailes pour voler mais… ça rajoute un certain charme ! »

Je finis par me poster devant lui, un sourire de gosse jovial et surtout émerveillé sur les traits.

« Je suis celle qui a failli finir en entrecôte grillée juste devant ta porte, Ember ! »


Alors là vous étiez en droit de dire deux choses, d'une part que j'étais cinglée, et d'autre part..." D'où c'est un dragon ? A quel endroit on cautionne ça ?" Et vous auriez raison dans les deux cas ! Pour voir le monde tel que moi je le vois, aussi coloré et émerveillé, faut être barjo', et d'autre part parce que, BIEN SUR que c'était pas un lézard géant, j'étais pas bête, mais... Il était pour l'instant celui qui s'en approchait le plus...

Revenir en haut Aller en bas
 

La désolation de Lorcán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Leatherland :: Hors Jeu :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RP-