AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Scénarios


News du forum

► Venez découvrir la news n°17 en cliquant ici.
► Pour voir la liste des sujets communs en cours, cliquez ici.

À savoir

► N'oubliez pas que vous pouvez utiliser vos points membres dans la boutique de jeu.



 

Partagez | 
 

 A walk down memory lane ▬ Casey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Cosima Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 07/07/2017
Ϟ Messages : 114
Ϟ Points : 241
Ϟ Avatar : Jessica Chastain
Ϟ Crédits : Brimbelle
Ϟ Autre(s) compte(s) : Gabriel, Delvan & Ingrid
Ϟ Âge du perso : 48 ans
Ϟ Pouvoir : Clairaudience
Ϟ Guide : Une tigresse prénomée Esmeralda
Ϟ Métier(s)/autres : Propriétaire du Cookie & Coffee
Ϟ Lieu de résidence : Meiklam



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Jeu 19 Oct 2017 - 16:14


Casey était serrée contre elle, comme si elle cherchait à se faire toute petite, à disparaître. Cosima ne l’avait pas vu comme ça depuis des années. Elle se contenta de caresser ses cheveux et de garder une voix calme, apaisante, parce que ce n’était pas du tout le moment de laisser parler sa propre tristesse : elle ne rajouterait pas ça à la liste des choses qui pouvaient blesser sa petite fille. « C'est une façon originale de le montrer alors. En ne se montrant pas. » Sauf que Casey ne rendait pas ça facile. Si son mari avait eu peu de temps à lui consacrer, il en avait eu encore moins pour ses enfants, chose qu’il regrettait tout autant qu’elle mais voyait comme inévitable. Il voulait laisser la compagnie comme héritage dont Chadwick pourrait être fier. Il voulait gâter sa fille chérie, il voulait prouver à ses parents qu’il était à la hauteur et à elle qu’il pouvait prendre soin de tout. Elle ne lui avait jamais demandé ça, mais il était bien trop loin dans ses illusions de parfaite famille aristocratique pour s’en soucier. « Je me souviens surtout de combien ça l'ennuyait en fait. » lâcha-t-elle finalement, après une longue minute de silence. « T'étais-là, l'une des fois où il m'a clairement dit de dégager, je crois, parce qu'il avait d'autre chose à faire, alors que je me lançais sur lui, à l'arbordaaage. » Malgré tous ses défauts, il avait adoré voir sa fille courir partout dans le domaine avec son accoutrement de pirate et des fausses cartes au trésor.

Cosima avait beau se creuser la tête, elle ne retrouvait pas le souvenir de l’incident dont Casey parlait. Elle avait besoin d’en savoir plus pour déterminer ce qui chagrinait réellement sa fille et la consoler. Elle la laissa donc parler. Il lui fallut toute sa détermination pour ne pas interrompre et laisser Casey finir son histoire. C’était faux. Même sans s’appuyer sur sa mémoire un brin magique, elle savait bien que rien de tout ça avait eu lieu. Son mari pouvait se montrer froid. De ça, elle avait avait bien conscience et elle l’avait assez de fois réprimander pour son manque d’intérêt dans les hobbies de ses enfants, mais jamais pour les pirates. Bordel, il avait même porté un cache œil pour surprendre la petite furie ! « Enfin, j'en ai d'autres des anecdotes de ce type, tu sais. » Elle fronça les sourcils, plus perturbée encore qu’au début de cette conversation. Puis elle soupira en secouant la tête. « Je ne sais pas pour les autres fois, mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé ce jour là Casey. » Qu’est-ce que ça voulait dire que leur cadette ne se rappelait pas des quelques bons souvenirs de son père ?


« Flash-Back »
Those dummies are gonna be the death of me.



C’était une journée pluvieuse comme il y en avait tant en Angleterre. Cosima, elle aurait aimé un peu de soleil, ne serait-ce que pour la joie de voir ses enfants inventer mille bêtises dehors, là où les choses ne dérapaient jamais autant qu’à l’intérieur de l’ancien manoir des Bloodworth. Le ciel s’en fichait bien. Tout ce que la rousse pouvait faire, c’était de prier pour que ses garnements ne cassent rien de trop cher, sinon ses parents se feraient une joie de lui donner une migraine. Ou plutôt d’empirer celle qu’elle avait déjà. En effet, son après-midi pluvieux était consacré à l’organisation d’une soirée mondaine pour le lendemain. Elle n’aurait jamais cru devenir une experte dans ce domaine, mais pourtant la voilà qui finalisait les compositions florales, vérifiait que le nouveau service en porcelaine de Limoges était arrivé intact, s’assurait une dernière fois que les petits pains étaient bien sans gluten et que les musiciens engagés disposaient de tout ce dont ils avaient besoin. La logistique était un casse-tête sans fin où de nouveaux problèmes trouvaient toujours une faille de laquelle émerger. Le seul point positif, c’était de passer un peu de temps dans le bureau de son mari, un endroit où les enfants n’osaient pas mettre les pieds et où le couple jouissait d’un peu de tranquillité. Puis il y avait l’air grincheux de l’homme forcé à partager son bureau, les pieds de Cosima confortablement calés sur ses cuisses, sa main qui s’égarait parfois sur son mollet quand elle s’énervait au téléphone, un réflexe confortable qui trahissait le ton froid qu’il employait pour gérer les affaires familiales. Ce n’était pas idéal et ça n’arrivait que trop peu souvent, mais elle devait avouer le savourer. Du moins elle l’aurait fait si ce n’était pas motivé par ce foutu dîner.

Elle finit par ranger son téléphone et son carnet. Elle retira ses pieds de leur niche, comme à regret, et enfila les escarpins qu’elle avait abandonnée sur le tapis. « Tu peux monter ça dans l’étude du second étage ? Père voulait y jeter un œil. » Elle s’empara des dossiers qu’elle avait déposé sur le canapé plus tôt pour s’aménager un espace sur le bureau et hocha la tête. « Abrège ton coup de fil, ton assistant peut s’occuper de ces détails. C’est bientôt l’heure de manger et si ta mère fait encore une scène à ton père à propos de ton manque de considération pour, je cite, “les moments qui devraient être réservés à la famille”, je vais me ranger de son côté. » Elle haussa un sourcil au rire de son mari, amusée malgré elle. Ses beaux-parents n’avaient pas peur d’exprimer leurs désaccord à table, de façon colorée, et elle chérissait bien trop l’embarras de ses propres parents quand cela arrivait. « On va voir si ça te fera autant rire quand chacun aura choisi son parti et que cette maison se transformera en lieu de guerre. » Pour l’instant ça en avait l’air, oui, et elle se contenta de lever les yeux au ciel. Il se remit sans attendre au travail, le sourire toujours aux lèvres, et elle ouvrit la porte, le cœur un peu plus léger que quand elle était entrée dans le bureau, trois heures plus tôt. Elle aurait dû se douter que le calme s’évanouirait dès qu’elle franchirait le seuil.

« À l'abordage ! » Le cri aigu la prit par surprise et elle manqua de lâcher les dossiers qu’elle portait quand sa gamine apparu en glissant sur la rambarde d’escalier, l’épée pointée sur le cou de la rousse. Elle aimait ses enfants, vraiment. Seulement il y avait des moments où leurs caractères explosifs et leurs jeux sans fin la mettait à rude épreuve, et ces moments se manifestaient souvent quand elle venait de bosser sur quelque chose qui ne l’intéressait pas le moins du monde et avait récolté une migraine pour ses efforts. Elle lança un regard peu impressionné à ce pirate d’eau douce. Avec un soupir, elle lui ébouriffa les cheveux et la fit descendre de la rambarde. « Je ne suis pas sûre que le coup de l’escalier marche vraiment sur un bateau pirate, ma chérie. La technique est à revoir. » Sur ce, elle commençait à s’éloigner. « Mais je t’ai abordé, tu peux pas t’en aller ! » C’était un argument maigre, mais il n’y avait pas grand chose de logique chez les enfants de son âge. « Et toi tu ne peux pas glisser comme ça sur la rambarde parce que je me rappelle te l’avoir interdit pas plus tard qu’avant hier. Et tu l’as fait pourtant, n’est-ce pas ? » Maintenant, il y avait de la frustration sur le visage de la petite fille : frustration de ce que sa mère ne se prête pas au jeu, frustration de la logique qu’elle ne suivait pas, frustration que sa bêtise ne soit pas passée inaperçue. Cosima poussa un nouveau soupir. Elle ne voulait pas décevoir ses enfants et avait même tendance à être trop indulgente envers eux, mais des fois même elle était à bout de patience. La porte du bureau s’ouvrit de nouveau. Elle se tourna vers son mari pour un peu de soutien parental.

« Mais que vois-je ? La vile capitaine Casey aurait-elle encore frappé ? » Autant pour le soutien, songea-t-elle, un peu blasée par l’attitude de l’homme d’affaire. « Oser s’en prendre à une innocente femme ! Votre cruauté ne connaît donc aucune limite ? » Le voilà qui rentrait dans le rôle de héro. S’ils voulaient rejoindre la salle à manger à l’heure pour le dîner, ils n’avaient pas le temps pour ces enfantillages. « Quand vous aurez fini tous les deux... » « Shh ! Tu es une demoiselle en détresse, tu ne peux pas nous réprimander. Mais ne t’en fais pas, je vais te sauver. » Elle croisa les bras sous sa poitrine. « Voyez-vous ça. » En un instant, il s’empara d’un parapluie encore un peu trempé parmi la petite collection qui était regroupée au pied de l’escalier et entama un impressionnant duel avec la capitaine ennemi, se fichant bien des gouttes d’eau qu’il projetait partout dans l’entrée. Il grondait de sa voix grave, inventant mille forfaits dont la pirate devrait répondre et donnant des noms ridicules aux passes d’armes imaginaires auxquelles ils se livraient. Il finit par rendre l’âme, couché dramatiquement sur les premières marches. « Non ! Vaincu par un terrible vol d'étourneau, que dis-je ! Terrassé par un mouvement maîtrisé seulement par les plus grands épéistes. Oh pauvre de moi ! » La main sur le cœur, il continua son monologue et Cosima s’efforça d’effacer de ses lèvres le tendre sourire amusé que seules ses pitreries lui tiraient. « Seul le baiser d’une reine peut maintenant me sauver. Mais où trouver une reine sur ce sombre océan ! » Cosima monta les marches, se pencha vers lui, lâcha un « Où trouver une reine qui voudrait d’un si piètre héro, tu veux dire ? », et le dépassa, bien décidée à aller déposer les dossiers là où son beau-père pourrait les étudier à sa guise. « Oh monde cruel ! Oh atroce mirage que l’amour ! Je meurs. Qui pourrait donc me sauver maintenant que même mon cœur me trahit ? » Elle vit du coin de l’œil la redoutable pirate ranger son arme et s’approcher de sa victime pour timidement déposer un bisou sur sa joue. Il se redressa et la captura dans ses bras, la soulevant dans les airs. « Mais bien sûr ! La reine des pirates ! Ma meurtrière devient ma sauveuse. » Le rire cristallin de sa fille résonna dans l’entrée et il n’y avait plus aucun espoir que Cosima réussisse à se débarrasser de son sourire. « Très poétique, Casey, ce revirement de situation. Ta mère ne t’avait pas interdit de glisser sur la rambarde, ceci dit ? » Elle s’arrêta sur la dernière marche et se retourna. « Allez vous changer pour le dîner ou je vous dénonce pour le chantier qu’est devenu cette entrée. » Elle savoura l'air perdu de son mari quand il regarda autour de lui et remarqua finalement les éclaboussures d’eau et les deux cadres photos tombés, sacrifiés pendant le combat. Il cligna deux fois des yeux avant de lui lancer un sourire penaud.


« End of Flash-Back »
So it was annoying and kinda cute. Why would you make it sad ?



C’était un joli souvenir. C’était une de ses bulles de temps volées à l’entreprise familiale et à leurs parents, quelque chose qui ne les concernait que tous les trois et qui mettait un peu de douceur au cœur. Comment Casey avait-elle pu oublier ça ? Pire, le transformer en un souvenir si triste ? Cosima savait bien que son mari avait pu avoir ce genre de réaction à ces jeux d’enfants, trop préoccupé par autre chose, trop fatigué pour se prêter à la comédie comme elle-même l’avait été ce jour là. Mais cette fois-ci ? Cette fois-ci il y avait juste eu le rire ravi de la petite fille et l’air tendre de son père. Elle resta un instant silencieuse, consciente que Casey aurait besoin de quelques minutes pour tourner et retourner tout ça dans son esprit analytique. Esmeralda avait arrêté de prétendre dormir et regardait les deux femmes avec intensité. C’était la première fois qu’elle en entendait autant sur le conjoint de sa sorcière. Cosima se racla la gorge. « Tu veux bien me parler de ces autres anecdotes que tu as ? »

_________________

Don't you tell me what you think that I can be, I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
© CODE BY FRANKENHOOK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Casey S. Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant

Cainounet

Ϟ Inscription : 18/09/2015
Ϟ Messages : 1702
Ϟ Points : 3363
Ϟ Avatar : Ebba Zingmark
Ϟ Crédits : Ceux qui prennent les photos - Bibi - Tumblr
Ϟ Autre(s) compte(s) : Cahira ▬ Kanoa
Ϟ Âge du perso : 22 ans (ils grandissent si vite /pan)
Ϟ Pouvoir : Capacité : manipulation du sable (et terre) Evolution : Tempête de Sable, puis Contrôle & Empathie sur la végétation
Ϟ Guide : Un gros chaton aux larges pattes et dents pointues du nom de Cain - marécage
Ϟ Statut Social : Célibataire, mais plus tard un petit crush sur le Sinistros (a)
Ϟ Métier(s)/autres : Etudiante, travaillant également au café, Cookie & Coffee de son frère et sa mère + Au resto Finley
Ϟ Lieu de résidence : Au Meiklam, dans son propre chez elle, mais pas trop loin du frère



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Mar 24 Oct 2017 - 13:09


Une partie non rationnelle d'elle regrettait d'être plus grande que sa mère, à presque dix centimètres de plus, tenter de disparaître dans le giron maternel en étant debout, devenait difficile. Mais dans le fond, elle s'en fichait complètement, parce qu'elle avait toujours ce sentiment d'être plus petite que Cosima, et pas seulement parce qu'elle est sa mère, mais aussi parce qu'elle dégageait souvent cette sorte d'aura qui la faisait paraître plus grande. Ouais, en fait, peut-être que c'était seulement parce que c'est sa maman. « Je ne sais pas pour les autres fois, mais ce n'est pas ce qui s'est passé ce jour-là Casey. » Elle se tendit d'un coup en entendant ces paroles, et elle releva la tête un instant, un sentiment de trahison lui encerclant le cœur, mais se résolut à écouter la version de sa mère.
Casey ne s'était pas cachée de ressentir une incrédulité complète à mesure que sa mère relatait les faits comme étant la vérité. La rouquine avait l'impression qu'on lui décrivait un tout autre homme, et non pas la lugubre personne dont elle avait le souvenir. Et si, elle devait le reconnaître, cette version était plutôt mignonne, elle avait du mal à percevoir ça comme étant la vérité, tant son propre souvenir était différent. Elle ne doutait pas du refus de sa mère de la rejoindre dans un de ses jeux, c'était arrivé, et quelque part, c'était normal, même si, à l'époque, ça avait été assez douloureux de se voir rejeter par sa maman, qui devait travailler sur ces soirées nulles comme pas possibles où la plupart des sourires des gens étaient aussi faux que leurs paroles. Et qu'une enfant comme Casey s'en soit rendu compte très rapidement était plutôt triste. « Mais je comprends pas, pourquoi je ne m'en souviens pas comme ça alors ? » parvint-elle à dire, plaintivement, mais perdue également. Elle serrait la mâchoire, tentait de faire disparaître cette envie de pleurer qui lui étreignait la gorge, et battait des paupières rapidement pour ce faire. « Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? » Parce qu'elle adorerait ce souvenir de ce genre de choses, elle n'aurait pas cette amertume quand elle pensait à son père.
« Tu veux bien me parler de ces autres anecdotes que tu as ? » Timidement, elle hocha la tête prit une grande inspiration et commença son nouveau récit.

« Flash-Back »
I'm gonna study to be clever like mama and papa and unca merlin !
Haut dans le ciel, le soleil réchauffait avec vigueur tout ce qui se trouvait en dessous de lui. Les ombres que les arbres du domaine projetaient avaient un aspect merveilleux, semblant danser au rythme des brises tièdes qui leur caressaient les branches. Le bruissement était mélodique, calme, et donnait cette impression qu'ils discutaient entre eux, ajoutant une dose de mystère au scénario. Les oiseaux, bien que silencieux en général ne se gênaient de faire savoir leur point de vue sur ce qui était raconté, piaillant ou sifflant leurs accords ou désaccords.
Et il était rare, de pouvoir autant profiter du chant des oiseaux en vivant en ville, mais la propriété des Bloodworth était si vaste qu'il n'en était rien. Au loin, perdue dans l'immense jardin traversait tranquillement une rivière. Terrain défendu des enfants turbulents de la maisonnée, s'ils n'étaient pas accompagnés d'un adulte.

À l'intérieur, c'était comme si le soleil n'avait aucun effet, et ne parvenait pas à réchauffer les vieilles pierres dont étaient faits les murs du manoir. Cette fraîcheur était la bienvenue, mais il n'était pas rare de voir plusieurs fenêtres ouvertes, ou des rideaux tirés de sorte à noyer une pièce des rayons chauds de l'astre solaire.
Dans une aile de cette grande bâtisse, celle où se regroupait plusieurs chambre à coucher, ainsi qu'une grande bibliothèque, un ou deux bureaux d'étude, la cadette des Bloodworth s'agaçait à chercher le sommeil. C'était l'heure de la sieste, et étant encore très jeune, elle avait droit à ce moment privilégié avec le sommeil qui manque tant une fois l'âge adulte atteint. Et à cinq ans, si elle voulait rester suffisamment éveillée durant le dîner, ce passage était obligatoire. C'était encore une de ces journées où elle devait s'occuper toute seule, sa mère avait une chose très importante à faire, comme elle le lui avait expliqué, et ne devait pas être dérangé, mais elle serait de nouveau disponible une fois qu'elle aurait terminé sa sieste. « Alors dors vite, ma chérie et tu ne verras pas le temps passer. »

Sauf que, son petit corps d'enfant avait beaucoup de mal avec cette chaleur, malgré les pierres du manoir qui y faisait barrage, et donc le sommeil ne venait pas. Elle se tournait, encore et encore, et s'agaçait, soupirant comme le fait si bien un enfant qui veut faire savoir son énervement, ce qui n'arrangeait en rien la situation. Elle avait même tenté de s'épuiser à ranger sa chambre, c'est pour dire ! Bien qu'encore trop jeune pour passer correctement le balai et l'aspirateur, il n'y avait plus rien qui traînait. Avec ça, même si elle ne trouvait pas le sommeil, elle espérait que ça ferait plaisir à sa mère. Mais une telle agitation avait eu l'effet inverse, en plus de lui donner chaud, et si elle avait encore besoin d'un peu d'aide pour prendre une douche, se débarbouille à l'évier entrait toute a fait dans ses cordes. Casey s'était donc nettoyée, changé de vêtements, et avait épongé les traces de son passage dans sa salle de bain personnel. Elle était même parvenue à entrouvrir la fenêtre, afin de laisser passer une fine brise histoire que le tout sèche tranquillement. Ce qui était sale, avait trouvé sa place dans la corbeille prévu à cet effet, la serviette ayant servi de serpillière était étendu de sorte à sécher sans mouiller le reste. Fière d'elle, l'enfant encore brune retourna dans sa chambre simplement vêtue d'une petite culotte aux motifs d'épées de pirates, toute cette histoire n'aurait servi à rien si elle s'était remis à transpirer dans de nouveaux habits, non ?

La penderie ouverte, il était de faire un choix. Il faisait trop chaud pour que le capitaine Casey fasse son apparition, car cela demandait un style d'un certain standard difficile d'entretenir sous la chaleur. Mais il fallait quand même montrer son statut. Cruel dilemme, en somme.
Une longue chemise qui semblait la manger, son foulard de capitaine qui donnait une forme plus saillante à sa tenue, suffirait amplement. Avec en prime son tricorne sur la tête et une paire de fine chaussette aux pieds complétait le tout. Il était temps de trouver un livre digne de son intérêt, dont les mots ne serraient pas trop compliqués. Ou alors elle pourrait toujours se munir de son dictionnaire pour enfants, au moins, dans celui-là, ça faisait sens ce qu'on lui expliquait. Ça n'avait rien avoir la piraterie, mais les dinosaures, c'étaient quand même super-cool, donc son dévolu se jeta sur L'imagerie dinosaures et préhistoire. En plus du dictionnaire.

Des petits pas se dirigeaient discrètement vers sa destination, s'arrêtant de temps à autre afin d'éviter de se faire prendre, mais également parce qu'elle avait l'impression de faire une bêtise. La porte entrouverte, ce fut sans grandes difficultés qu'elle se faufila dans le bureau de son père, absent pour l'instant. Elle piqua les deux coussins qui étaient sur le canapé pour se faire un petit siège confortable pour son postérieur et son petit dos, et commença sa lecture. L'endroit était plus agréable que sa chambre, et au moins, elle ne serait pas complètement seule. Son tonton lui avait offert ce livre, et elle lui avait promis qu'elle l'aurait lu et comprit à sa prochaine visite, et elle tenait toujours ses promesses ! Elle était une pirate, oui, mais pas sans honneur !
Elle déroba une feuille de papier vierge et un crayon qui se trouvait, respectivement, sur et dans le bureau et se remit à la tâche. Sauf qu'elle se rendit vite compte que sa position, pour travailler, n'était pas la plus pratique, alors elle avisa la table basse qui se trouvait devant le canapé – d'où les coussins avaient été subtilisé – et écouta un instant les bruits environnants. Elle percevait la voix grave de son père, dans la pièce à côté – ce qui signifiait qu'il était entré et ne l'avait, soit pas vu, soit se fichait de sa présence.

Aussi discrètement qu'elle était venue, elle prit tout son matériel dans ses petits bras, et déménagea sur le sol, mais devant le canapé et derrière la table basse, qu'elle était à même d'atteindre, en était assise et se remit enfin à la tâche.
Elle était en train d'écrire le nom très compliqué d'un dinosaure, s'appliquant, les sourcils froncés, concentrée au maximum quand une ombre au-dessus d'elle l'a pris par surprise. Les yeux écarquillés de stupeur, elle leva son petit visage vers celui, sévère, de son père. « Tu n'as rien à faire ici, Casey. » commença-t-il en regroupant ses affaires, « Tu le sais. Alors lèves-toi. » lui ordonna-t-il, et elle n'avait pas d'autre choix que d'obéir. Il la raccompagna jusqu'à la porte et « Ne t'avise pas de recommencer. » furent ses dernières paroles avant qu'il ne ferme brusquement la porte.

Les larmes lui montèrent aux yeux si vites, qu'elle se dépêcha de rejoindre sa chambre, sans se préoccuper de qui elle pourrait croiser sur le chemin et se réfugia dans les bras molletonneux d'une de ses plus grandes peluches, son tout petit corps tressautant sous les assauts de ses sanglots. Son père était en colère contre elle, et son oncle lui en voudrait de ne pas avoir bien appris ce que le livre lui livrait.

« End of Flash-Back »
Napping time sucks.

C'est la voix atone qu'elle termina son récit, elle était triste, oui, mais semblait comme anesthésiée. C'était après un de ces moments qu'elle s'était promis qu'elle ne deviendrait jamais comme son père, et voilà que sa mère lui disait qu'elle n'y était pas parvenue. « J'espère que Tonton m'en a pas trop voulu. » remarqua pensivement Casey. Parce qu'elle se souvenait aussi de la journée suivante où le frère de sa mère était venue au manoir et l'avait questionné, gentiment sur le livre en question et qu'elle avait été en mesure de répondre à seulement quelques questions, puisque tout était resté dans le bureau de son père. Elle avait d'ailleurs fini en larmes, s'excusant d'avoir trahi sa promesse.

_________________


Cause my head is filled with music ! In my heart there's always asong !
© CODE BY LÚTHIÈN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t41-casey-s-bloodworth-c-mon-l http://leatherland.forumactif.org/t1405-carnet-de-casey-s-bloodworth http://leatherland.forumactif.org/t1010-journal-de-bord-de-casey-bloodworth#9619 http://leatherland.forumactif.org/t296-inventaire-de-casey-s-bloodworth

Cosima Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 07/07/2017
Ϟ Messages : 114
Ϟ Points : 241
Ϟ Avatar : Jessica Chastain
Ϟ Crédits : Brimbelle
Ϟ Autre(s) compte(s) : Gabriel, Delvan & Ingrid
Ϟ Âge du perso : 48 ans
Ϟ Pouvoir : Clairaudience
Ϟ Guide : Une tigresse prénomée Esmeralda
Ϟ Métier(s)/autres : Propriétaire du Cookie & Coffee
Ϟ Lieu de résidence : Meiklam



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Ven 10 Nov 2017 - 16:43


« Mais je comprends pas, pourquoi je ne m'en souviens pas comme ça alors ? » C’était bien la question qui se posait maintenant et Cosima aurait adoré avoir la réponse, vraiment. Là, elle était perdue. D’ordinaire, ce sentiment l’agaçait, mais en ce moment précis, c’était la frustration et la peur de ne pas savoir comment consoler sa fille qui l’inquiétaient, pas une simple question d’orgueil blessé. Sans réponse elle continua à caresser doucement les cheveux de son enfant. « Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? » Ça, ça ne pouvait pas rester en suspens. « Rien, Casey, voyons. Ce sont des souvenirs lointains, tu étais jeune, tu as eu le temps de le réécrire à ta façon. » Vraiment, c’était plutôt normal ce genre de faux souvenirs, un tas d’individus pensaient se rappeler exactement de choses qui tenaient en fait plus de l’imagination et de l’interprétation que du réalisme. Ce qui horrifiait Cosima, c’était l’animosité sous-jacente à l’encontre de son mari dans ce genre de souvenirs. Il n’avait pas été un père exemplaire, c’était un fait, mais de là à en faire un méchant constant ? Il y avait un gouffre. Pourtant, Casey avait dit avoir un tas d’anecdotes dans le genre. Sa mère devait en avoir le cœur net, aussi l’invita-t-elle à les partager avec elle.

Si le souvenir semblait net dans la bouche de Casey, il n’en était rien pour elle. Elle fronça les sourcils, tentant de retrouver le jour dont il était question. Ce n’était pas un exercice facile, même avec la mémoire dont jouissait Cosima. Au lieu de se focaliser sur la remontrance sèche dont Casey avait été l’objet, elle suivit plutôt le fameux livre sur les dinosaures et les quelques occasions où son frère venait leur rendre visite au manoir des Bloodworth. C’est que le bougre préférait d’ordinaire rester dans leur Écosse natale.


« Flash-Back »
Being a mum is a full time job, babe. Taking a time off is always a risk.



Cosima avait tout fait pour s’assurer quelques heures de tranquillité : son mari était occupé par le boulot, comme toujours, sa fille faisait la sieste, de plus ou moins bonne volonté, et son fils était au sport pour deux heures. Elle avait la voie libre. Plutôt que de se réfugier dans le bureau de son mari, elle choisit de s’installer dans la bibliothèque du manoir pour mieux jouir des grandes fenêtres, de la lumière qui baignait l’espace et de la solide épaisseur du mur en pierre qui gardait le frais à l’intérieur. L’été était bel et bien là et la constitution écossaise de Cosima ne l’aidait pas vraiment à faire face à la chaleur étouffante de cette année. Elle voulait son pays tempéré, le temps changeant, imprévisible, elle voulait les lochs et les quelques après-midi où elles et son frères réussissaient à s’échapper et à profiter librement de leur fraîcheur. Dire qu’il avait leurs terres natales pour lui, sans même avoir à supporter leurs parents ! Elle soupira et décida de ne pas poursuivre cette petite pointe de jalousie : il allait braver les températures pour leur rendre visite et elle était bien décidée à en profiter sans aucune trace d’amertume.

En attendant, elle avait du travail. Elle ouvrit les premières enveloppes du tas qu’elle avait emmené avec elle dans un soupir. Le courrier des lecteurs. Ce n’était pas reluisant, c’était même un peu déprimant, surtout quand elle considérait ce qu’elle faisait auparavant. N’empêche, ça faisait un bien fou d’écrire. Elle se plongea dans le boulot, dans le cliquetis familier et réconfortant de sa machine à écrire et dans ce moment où elle avait l’impression d’exister un peu en dehors du manoir. Bien sur, il y avait les quelques courriers du cœur qui lui faisaient lever les yeux au ciel, mais auxquels elle s’appliquait à répondre de son mieux, d’un ton franc et directif. Puis il y avait les perles. Il y avait les questions d’actualités, les remarques sur les erreurs des éditos passés et là, elle se régalait : elle aimait ce semblant de discussion sur des sujets un peu plus profond où elle pouvait user un peu de son esprit logique et de la verve de ses mots cinglants. Peu importe à quel point l’exercice ressemblait parfois à ce qu’il se passait pendant les dîners mondains, il y avait là une soif de savoir et un enthousiasme affiché qu’elle ne retrouvait pas dans la belle société. Ce n’était pas très aristo que de trop se soucier de tels sujets.

Le truc, c’est qu’elle ne voyait pas le temps passer. Cosima, elle avait de temps en temps cette faculté de se focaliser si entièrement sur une chose que le reste cessait d’exister. La réalité lui revint peu à peu. Ce fut d’abord une douleur à la nuque. Puis vint le premier bâillement, les poses de plus en plus fréquentes pour trouver les mots adéquats, pour ne pas perdre le ton assuré et sans détour qui lui valait sa popularité. La soif finit par gagner. Elle s’éloigna de son petit havre de paix pour descendre en cuisine se faire une tasse de thé. Elle profita un moment du calme du manoir, s’accorda le petit luxe de savourer sa boisson sans interruption, déposa la vaisselle près de l’évier immaculé et remonta les escaliers. Elle avait encore du pain sur la planche. Mais ça, c’était sans compter sur son mari. Elle croisa l’homme dans le couloir, un peu étonnée de le voir sorti de son antre : c’était si rare de le voir exister dans le même espace que le reste de la famille que ça surprenait toujours un peu. Elle avait trop bien appris à vivre sans sa présence. « Tu as vu Casey ? » La question était d’autant plus hors de place dans la bouche de l’aristocrate. Elle haussa un sourcil, l’invitant silencieusement à s’expliquer et il soupira. « Elle a laissé le livre que ton frère lui a offert, ainsi qu’une feuille et un crayon. Je crois qu’elle essayait de recopier le nom d’un des dinosaures. » Elle devina l’ombre d’un sourire sur son visage. Du haut de ses cinq ans, la gamine avait encore un peu de mal à écrire des mots simples, alors quand il était question de noms étranges et inconnus, ça devait être un beau bordel.

Cosima comprenait pourquoi leurs parents tenaient à ce que ce bureau reste un endroit hors limite pour les enfants. Son mari avait plus de travail qu’il n’en fallait sans la distraction que ça représenterait. Il y avait des documents sensibles, des livres précieux, des fauteuil et un canapé bien trop susceptibles d’être ruinés par le moindre liquide renversé, de même pour le tapis. C’était aussi le lieu où il recevait des représentants, des philanthropes et tant d’autres grands noms à impressionner. Elle avait quand même du mal à l’accepter, et lui encore plus. Ils faisaient tous les deux semblant de ne rien voir quand un des gamins se glissaient discrètement dans la pièce et il allait même en de très rares occasions jusqu’à installer un coin où le petit intrus serait à son aise. Chadwick avait ainsi eu le droit à plusieurs cabane en couvertures rien que pour lui. « C’est étrange. Elle tient bien trop à ce bouquin pour le laisser derrière elle... » Elle ne fit même pas remarquer que la petite fille était sensée faire la sieste à l’heure qu’il était. Quelque part elle n’était pas surprise de voir qu’elle avait décidé de mettre son temps à profit d’une façon bien différente. Son mari hocha la tête. « C’est bien ce que je me disais. Mon père était avec moi dans le petit salon et je crains qu’il... » Il ne finit pas sa phrase, interrompu par la sonnerie du téléphone qui trônait sur son bureau. Leurs regards se portèrent sur la porte ouverte plus loin dans le couloir. Il soupira. « Je dois prendre ça. » Comme d’habitude, songea-t-elle avec une pointe d’amertume avant de se reprendre. Ce n’était pas de la faute du pauvre homme s’il avait du pain sur la planche. Elle lui offrit un sourire fatigué et il le prit comme l’acceptation que c’était, se dirigeant vers la pièce.

Il se tourna avant de franchir le seuil, les sourcils froncés et le regard un brin hésitant. « Tu vas la consoler et- » « Et lui expliquer que papy n’est qu’un vieux rabat-joie, oui. Ne t’en fais pas pour ça. » Un sourire reconnaissant apparu et disparu tout aussi vite alors qu’il se focalisait de nouveau entièrement sur son travail, retrouvant la mine sévère et sombre de l’homme d’affaire efficace. La porte se referma. Cosima resta un instant immobile, plantée seule au milieu du couloir. Où pouvait donc avoir filé sa petite fille ? La porte se rouvrit, une main lui fit signe de venir et elle ne réfléchit pas avant d’obtempérer. Elle réprima un sourire moqueur quand elle vit la gymnastique qu’il avait fallu à son mari pour atteindre la poignée de porte tout en gardant le téléphone à l’oreille. Le bougre avait le bras long, mais même avec cet avantage naturel, il avait dû mettre en œuvre toute la souplesse dont il disposait pour s’étirer ainsi. Même sans sourire pour la trahir, il devina très bien son amusement et lui fit un signe de main irrité en direction des affaires étalées sur la table basse. Elle ramassa les possessions de sa fille et quitta le bureau, non sans adresser un clin d’œil provocateur à l’homme d’affaire et papa poule de l’année.


« Fin du Flash-Back »
Tragedies are the stuff of every-day life and no one can guess when you are living one.



« ...et effectivement je t’ai retrouvée en train de pleurer toutes les larmes de ton corps sur cette pauvre peluche. Puis sur mon pauvre chemisier. Mais on est sorti en ville t’acheter une gaufre, puis on est passé au parc nourrir les canards et les cygnes. Et ton frère t’a aidé à apprendre quelques noms de dinosaures et leurs particularités et tu semblais aller bien. Enfin, jusqu’à ce ton idiot d’oncle t’interroge sur des détails pour te taquiner et que tu ne fondes en larmes, à sa plus grande détresse. » C’était peut-être mesquin, mais, à l’époque, elle avait particulièrement apprécié l’air horrifié de son frère devant une frêle petite fille en pleurs à cause de lui. Maintenant qu’elle considérait comme l’esprit de Casey avait déformé cet épisode, le souvenir la faisait beaucoup moins rire. « J'espère que Tonton m'en a pas trop voulu. » Malgré l’effrayant manque de sentiment dans la voix de sa fille, Cosima ne pu s’empêcher un léger rire. « Grand Dieu, non ! Il ne savait plus où se mettre, et ta grand-mère s’est fait un plaisir de jouer avec sa culpabilité en soulignant à quel point il manquait de tact. » Elle s’accorda cette brève étincelle de bonne humeur dans cette soirée avant que son sourire ne se fasse plus tendre. Plus inquiet aussi. « Il me semble qu’il y a encore beaucoup de choses dont on doit discuter, je me trompe ? » Elle serra l’épaule de sa fille dans un geste muet de soutien et de réconfort avant de se lever. « Je vais nous faire un bon chocolat chaud et on pourra continuer, d’accord ? » Ce n’était pas vraiment une question. En peu de temps le lait chauffait sur le feu et le chocolat en poudre était versé dans les tasses. Casey et Cosima avaient bien besoin d’une boisson chaude pour les aider à affronter tout ce bordel émotionnel.

_________________

Don't you tell me what you think that I can be, I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
© CODE BY FRANKENHOOK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Casey S. Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant

Cainounet

Ϟ Inscription : 18/09/2015
Ϟ Messages : 1702
Ϟ Points : 3363
Ϟ Avatar : Ebba Zingmark
Ϟ Crédits : Ceux qui prennent les photos - Bibi - Tumblr
Ϟ Autre(s) compte(s) : Cahira ▬ Kanoa
Ϟ Âge du perso : 22 ans (ils grandissent si vite /pan)
Ϟ Pouvoir : Capacité : manipulation du sable (et terre) Evolution : Tempête de Sable, puis Contrôle & Empathie sur la végétation
Ϟ Guide : Un gros chaton aux larges pattes et dents pointues du nom de Cain - marécage
Ϟ Statut Social : Célibataire, mais plus tard un petit crush sur le Sinistros (a)
Ϟ Métier(s)/autres : Etudiante, travaillant également au café, Cookie & Coffee de son frère et sa mère + Au resto Finley
Ϟ Lieu de résidence : Au Meiklam, dans son propre chez elle, mais pas trop loin du frère



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Dim 12 Nov 2017 - 16:37


Le sentiment de finalement avoir un gros problème n'aidait pas vraiment à calmer Casey, qui ne comprenait pas pourquoi son esprit avait ainsi déformé les souvenirs qu'elle avait de son père. Il y avait plus que ce qu'elle se remémorait, et si le fond restait plus ou moins bon, la forme entière n'avait rien de réel. Et si la soutient sans failles dont faisait preuve sa mère à son égard était agréable, le peu de bien-être qu'elle pouvait en retirer se noyait sous ses interrogations et l'angoisse qu'elle commençait à ressentir. « Rien, Casey voyons. Ce sont des souvenirs lointains, tu étais jeune, tu as eu le temps de le réécrire à ta façon. » Mais c'était justement là que résidait le problème, parce que Casey avait l'insidieuse impression que tous ses souvenirs d'enfance allaient avoir le même problème. Comme lui prouvait sa mère en lui comptant ce qui s'était réellement produit durant cet été-là.

« ...et effectivement je t’ai retrouvée en train de pleurer toutes les larmes de ton corps sur cette pauvre peluche. Puis sur mon pauvre chemisier. Mais on est sorti en ville t’acheter une gaufre, puis on est passé au parc nourrir les canards et les cygnes. Et ton frère t’a aidé à apprendre quelques noms de dinosaures et leurs particularités et tu semblais aller bien. Enfin, jusqu’à ce ton idiot d’oncle t’interroge sur des détails pour te taquiner et que tu ne fondes en larmes, à sa plus grande détresse. » Casey, le visage toujours enfoui dans le cou de sa mère, se rappelait effectivement qu'il avait été question de canards et cygne, et la participation de Chadwick dans son apprentissage des noms à s'en tirer les cheveux, des dinosaures. Le souvenir du jour où elle avait fondu en larmes devant son oncle était un peu plus flou, mais elle voulait bien y croire. Elle savait qu'en grandissant on perdait de vue pas mal de souvenirs, mais de là à les transformer il y avait tout un monde. Elle ne doutait pas non plus du malin plaisir qu'avait dû prendre son arrière-grand-mère à s'amuser aux dépens de son oncle, c'était une activité qu'elle pratiquait depuis des années, visiblement.

Elle grogna quand Cosima la lâcha, la chaleur que cette proximité lui apportait disparaissant aussitôt. Ceci dit, la perspective d'un chocolat chaud lui remontait un peu plus le moral, alors que continuer cette discussion l'enchantait beaucoup moins. C'était un mal pour un bien peut-être. Ou tout du moins, c'était ce que Cain, toujours absent, mais attentif espérait. « Avec des cookies ? » lança-t-elle, tel un reflex engrainé depuis des années. C'était un peu ce qui accompagnait toujours le chocolat chaud quand la conversation se faisait sérieuse. Casey, alors qu'elle attendait patiemment que mère ne les servent toutes les deux réfléchissait encore à quel souvenir elle pouvait faire appel. Mais d'un autre côté, elle n'y tenait pas tant que ça, si c'était pour entendre qu'elle avait encore tout déformé. Elle prit plusieurs gorgées de la boisson chocolatée avant de finalement demander, hésitante « Est-ce que, hm, tu veux que je parle d'un autre souvenir ? » Ou veux-tu qu'on discute de ce qui ne va visiblement pas chez moi ? Voulu-elle ajouté, mais parvint-elle à retenir in extremis.

_________________


Cause my head is filled with music ! In my heart there's always asong !
© CODE BY LÚTHIÈN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t41-casey-s-bloodworth-c-mon-l http://leatherland.forumactif.org/t1405-carnet-de-casey-s-bloodworth http://leatherland.forumactif.org/t1010-journal-de-bord-de-casey-bloodworth#9619 http://leatherland.forumactif.org/t296-inventaire-de-casey-s-bloodworth

Cosima Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 07/07/2017
Ϟ Messages : 114
Ϟ Points : 241
Ϟ Avatar : Jessica Chastain
Ϟ Crédits : Brimbelle
Ϟ Autre(s) compte(s) : Gabriel, Delvan & Ingrid
Ϟ Âge du perso : 48 ans
Ϟ Pouvoir : Clairaudience
Ϟ Guide : Une tigresse prénomée Esmeralda
Ϟ Métier(s)/autres : Propriétaire du Cookie & Coffee
Ϟ Lieu de résidence : Meiklam



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Ven 29 Déc 2017 - 17:37


Le lait chauffait tranquillement dans la casserole au dessus du feu et Cosima le touillait doucement avec une spatule en bois, presque pensivement. Les gestes étaient des réflexes apaisants solidement ancrés dans la sécurité du quotidien, du banal, du rien de plus normal. La situation ne l’était pas. Elle sortit les cookies qui n’étaient pas partis aujourd’hui, les plaça dans une assiette et reprit le rythme régulier de ses mouvements. Elle n’était pas le genre de femme à avoir les mains qui tremblaient. Elle n’était pas le genre de femme à se déplorer. Cosima, ce qu’elle savait encore le mieux faire, c’était réfléchir avec une ténacité effrayante, prête à retourner le problème sous tous les angles pour trouver la solution la plus directe, celle qui lui permettrait de rester en équilibre encore assez longtemps pour avancer, telle la gracieuse funambule que sa mère avait eu tant de mal à façonner. La solution qui permettrait à sa fille de retrouver un semblant d’équilibre elle aussi. Si la douleur qu’avaient causé les révélations de cette soirée n’occupait plus le centre des pensées de Cosima, c’était maintenant la frustration de ne pas comprendre d’où tout cela venait. Elle avait besoin de savoir, besoin d’être plus maligne que ça, parce que sinon elle n’aiderait pas sa petite Casey à aller mieux et, si elle ne pouvait pas faire ça alors qu’elle avait consacré les dernières décennies à son rôle de mère, alors quelle était l’utilité de tout ça ? Tu vas faire bouillir le lait.

Elle laissa la voix de sa tigresse la tirer de ses sombres pensées et versa le lait, le chocolat en poudre et un peu de miel dans les bols qu’elle finit par apporter à table, avec l’assiette de cookies et des mouchoirs. Comme ça, tout le nécessaire était maintenant à portée de main. « Est-ce que, hm, tu veux que je parle d'un autre souvenir ? » Cosima n’aimait pas le ton hésitant de sa fille. Elle referma ses mains autour de la chaleur bienfaisante de son bol, cultivant son expression calme avec un soin tout particulier. Elle craignait que tous les souvenirs de sa fille ne prenne cette teinte si particulière et elle n’avait pas le cœur à voir son mari repeint en cet homme indifférent qu’elle l’avait elle-même accusé d’être plus souvent qu’à son tour. « Je ne sais pas, Casey. Qu’est-ce que tu veux toi ? » Bien entendu, les réponses du genre “arrêter cette conversation et oublier ce qu’on vient de dire” n’étaient pas acceptables et Casey le savait parfaitement. Cosima poussa un soupir. « Je crois que je ne t’ai pas assez parlé de ton père et, pour ça, je suis désolée. » Elle pensait tout de même que ses enfants connaissaient l’homme en dehors de ses airs austères, mais elle venait de comprendre que ce n’était pas le cas. « Qu’est-ce que tu sais de lui, Casey ? » Parce que cette colère à son égard, ça devait bien venir de quelque part, et c’était ce point d’origine que Cosima devait connaître pour arranger la situation. « Et qu’est-ce que tu voudrais savoir de lui ? Tu ne m’as jamais posé beaucoup de questions à son sujet, c’est peut-être le moment de le faire. »

_________________

Don't you tell me what you think that I can be, I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
© CODE BY FRANKENHOOK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Casey S. Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant

Cainounet

Ϟ Inscription : 18/09/2015
Ϟ Messages : 1702
Ϟ Points : 3363
Ϟ Avatar : Ebba Zingmark
Ϟ Crédits : Ceux qui prennent les photos - Bibi - Tumblr
Ϟ Autre(s) compte(s) : Cahira ▬ Kanoa
Ϟ Âge du perso : 22 ans (ils grandissent si vite /pan)
Ϟ Pouvoir : Capacité : manipulation du sable (et terre) Evolution : Tempête de Sable, puis Contrôle & Empathie sur la végétation
Ϟ Guide : Un gros chaton aux larges pattes et dents pointues du nom de Cain - marécage
Ϟ Statut Social : Célibataire, mais plus tard un petit crush sur le Sinistros (a)
Ϟ Métier(s)/autres : Etudiante, travaillant également au café, Cookie & Coffee de son frère et sa mère + Au resto Finley
Ϟ Lieu de résidence : Au Meiklam, dans son propre chez elle, mais pas trop loin du frère



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Sam 6 Jan 2018 - 0:11


Les yeux rivés sur sa tasse, mélangeant pensivement la boisson, l'odeur du chocolat ne parvenait pas à faire disparaître cet étau qui enserrait son cœur, cette enclume qui était logée dans ses entrailles. Casey, elle remettait en doute tout ce qu'elle savait, parce qu'il n'y avait aucune raison pour que sa mère lui mente. La pensée, d'ailleurs, ne lui avait jamais traversé l'esprit, même si elle avait une très grande difficulté à croire cette description de son père pas si froid, qui avait tenté d'être là. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était incapable de se souvenir d'un détail moins triste, de quelque chose qui aurait pu lui redonner le sourire, telle une espèce de lueur d'espoir. Une lumière chassant l'obscurité. Simplement qu'elle ne rendait pas son père indifférent. Parce qu'il y avait aussi tristesse qu'elle ne parvînt pas à enfouir, que son père au final ne la perçoive simplement comme un poids. Elle n'était pas l'héritière, et franchement, c'était un soulagement, parce qu'elle était presque persuadée que ses grands-parents auraient essayé de convaincre ses parents d'un mariage de convenance avec un autre grand nom. Ou une connerie du genre. Puis elle avait également été témoin de la façon dont ça avait pesé sur les épaules de Chadwick, et elle l'avait très vite compris, que son grand frère ne devrait pas être dérangé. Oh, ça ne voulait pas dire qu'elle n'avait pas non plus eu ses propres leçons. Elle était une Bloodworth après tout.

La chaleur que la tasse apportait était d'un amer réconfort, et même la distraction était la bienvenue, ça n'apaisait en rien ses pensées. Ça lui occupait simplement les mains, qui tremblaient sans qu'elle s'en soit rendu compte. L'étreinte de sa mère disparue, elle n'avait plus cette impression d'être protégée de tout, et surtout de ses pensées. Elle avait bien du mal à ne pas éclater en sanglots, et c'était le fait de grignoter distraitement un cookie qui lui permettait de ne pas tout simplement lâcher prise, même si sa vision se floutait par intermittence régulière sous les larmes contenues. Elle avait ce souhait paradoxal de s'enfuir de l'appartement, et y rester. Et elle eut bien du mal à demander si elle devait raconter l'histoire d'un autre souvenir. « Je ne sais pas, Casey. Qu'est-ce que tu veux toi ? » Elle déglutit parce que la réponse qu'elle avait à l'esprit n'était pas recevable, alors elle contenta simplement de se mordiller la lèvre, osant à peine lever les yeux sur le visage de sa mère. Le soupir de Cosima la poussa à la relever cela dit, « Je crois que je ne t'ai pas assez parlé de ton père et, pour ça, je suis désolée. » Ses traits prirent une expression savamment étudiée, d'une neutralité peu observée sur son visage toujours si expressif. « Qu’est-ce que tu sais de lui, Casey ? Et qu’est-ce que tu voudrais savoir de lui ? Tu ne m’as jamais posé beaucoup de questions à son sujet, c’est peut-être le moment de le faire. »Elle se brûla les lèvres en les trempant un trop dans le breuvage chocolaté qui n'avait pas encore suffisamment refroidi, ravalant la réplique peut être un peu sèche qu'elle avait soudainement eue au bord des lèvres. Sa mère ne méritait pas qu'elle se lâche à son encontre.

Elle osa enfin croiser le regard de la plus âgée, une expression crispée, hésitante, triturant toujours la tasse entre ses mains afin d'essayer de faire disparaître ces tremblements dérangeants. Et si elle avait pensé que sa voix n'aurait pas cette touche rauque, eh bien elle s'était bien trompée. À croire qu'elle commençait à en faire une habitude. Quoique, à priori, cela faisait des années que cela duré. « Je pense que tout ce que je pourrais savoir ne soit pas, au final, ce que je sais. » Casey avait repris avec une immense facilité déconcertante cette expression lunaire, qu'elle avait si soigneusement créée des années auparavant. Elle se serait presque applaudi. « Il n'est pas, ceci dit, optionnel d'oublier ce que grand-père avait à dire au sujet de son fils. » Et si dans le fond, c'était ça le problème, et qu'elle avait pris trop à cœur les paroles de ses grands-parents ? Ce que disait sa mère avait également du vrai, Casey n'avait pas le souvenir d'avoir entendu le récit d'une histoire quelconque à propos de qui était son père. Elle hésitait, Casey maintenant. Que devait-elle faire ? Et si toute cette conversation blessait sa mère ? Elle avait toujours posé énormément de question, mais maintenant, elle ignorait si elle le devait. Elle voulu faire un geste impuissant des bras, et elle baissa le regard, surprise de voir le continue de sa tasse à moitié renversée sur la table. Elle lança un regard mi-désolé et mi-étonnée, cela faisait un moment que sa maladresse ne s'était pas manifestée. C'était bien le jour, pensa-t-elle en épongeant la tache avec les mouchoirs. Casey adressa un sourire crispé à sa mère, se leva pour mettre les déchets rapidement à la poubelle et attrapant au passage de quoi passer un coup sur la table, ça, ça pouvait rester sur un coin.

Faisait-elle toujours autant de bruit quand elle se déplaçait ? Ou avait-elle conscience de tous ces sons maintenant qu'il n'y avait aucun ? Elle lança un regard à la tigresse qui se réchauffait près de l'âtre, et lui lança ce qu'elle aurait voulu être un sourire, sauf qu'elle était certaine que ça avait plus ressemblé à une grimace. Elle se cogna en se rasseyant. « Je ne sais pas ? » finit-elle par dire, impuissante. Tout simplement. Mais n'était-ce pas là que résidait tout le problème, justement ? Elle se mordilla de nouveau la lèvre, s'apprêta à ouvrir la bouche afin de reprendre la parole, mais se ravise aussitôt. Elle sirota ce qui restait de chocolat, et s'humecta les lèvres. « Je sais simplement qu'il n'a pas été beaucoup là. » L'hésitation précédente avait été remplacée par une sorte de fatalité, parce qu'elle avait beau dire ce qu'elle voulait, Casey, mais ça l'avait blessé, et ça la blessait toujours, cette absence. « Pas même pour toi. » souffla-t-elle avec un soupir, la voix brisée sous l'assaut d'un sanglot les yeux rivés dans ceux de sa mère, brillant de ces larmes qui ne tarderaient pas à couler, à cause de cette peine refoulée depuis trop longtemps dans son petit corps de grand enfant.

_________________


Cause my head is filled with music ! In my heart there's always asong !
© CODE BY LÚTHIÈN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t41-casey-s-bloodworth-c-mon-l http://leatherland.forumactif.org/t1405-carnet-de-casey-s-bloodworth http://leatherland.forumactif.org/t1010-journal-de-bord-de-casey-bloodworth#9619 http://leatherland.forumactif.org/t296-inventaire-de-casey-s-bloodworth

Cosima Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 07/07/2017
Ϟ Messages : 114
Ϟ Points : 241
Ϟ Avatar : Jessica Chastain
Ϟ Crédits : Brimbelle
Ϟ Autre(s) compte(s) : Gabriel, Delvan & Ingrid
Ϟ Âge du perso : 48 ans
Ϟ Pouvoir : Clairaudience
Ϟ Guide : Une tigresse prénomée Esmeralda
Ϟ Métier(s)/autres : Propriétaire du Cookie & Coffee
Ϟ Lieu de résidence : Meiklam



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Dim 7 Jan 2018 - 14:38


Il y avait tant de choses qui n’allaient pas ce soir. Trop de choses peut-être. Cosima avait beau avoir fait une habitude de régler toutes sortes de problèmes, il y avait des choses qui échappaient même à tout contrôle, même au sien. Elle avait ses limites. Et ça, c’était quelque chose qu’elle détestait admettre, encore plus quand ça touchait à ses enfants, parce que quel était son rôle sinon les épauler ? Que valait-elle vraiment si sa fille ne pouvait même pas compter sur elle pour l’aider à y voir plus clair sur son père ? Elle resserra ses mains autour de son bol, son expression neutre fermement en place. Il ne manquerait plus qu’elle lui laisse percevoir à quel point tout ça l’atteignait elle aussi. Non. Ce soir, c’était à propos de Casey et de ses souvenirs réécrits, Casey et la rancœur qu’elle semblait avoir, Casey et comment elle avait vécu l’absence de son père. Plus mal que ce qu’aucun de ses parents ne l’avait imaginé, de toute évidence.

Quand elle reprit la parole, sa fille avait une voix rauque malgré ses efforts manifestes de retrouver un semblant de contrôle. Cosima avait rarement autant détesté la notion de contrôle. « Il n'est pas, ceci dit, optionnel d'oublier ce que grand-père avait à dire au sujet de son fils. » Bon Dieu. C’était tout le contraire de ce qu’elle s’était évertuée à leur faire comprendre. Comment en étaient-ils arrivés là ? Ces enfants n’avaient-ils donc pas réalisé qu’elle et leurs grands-parents ne s’entendaient que très peu souvent sur leur éducation ? Elle haussa un sourcil en direction de sa fille, pour lui faire passer son opinion à ce sujet. Grand-père pouvait bien aller voir ailleurs. Ce qui l’intéressait elle, c’était ce que Casey avait à dire. Son sourcil s’arqua un peu plus quand la moitié du bol se trouva renversé sur la table. Elle avait envie de sourire à nouveau, mais c’était une petite chose triste, dérisoire au vue du reste de la soirée. Même comme ça, sa fille tenait indéniablement de son mari. L’expression surprise et penaude sur son visage en témoignait bien assez s’il y avait jamais eu le moindre doute à ce sujet. Ça ne lui réchauffait pas le cœur comme avant le début de cette discussion.

Elle laissa la jeune femme s’occuper de nettoyer, consciente que ce serait un moyen comme un autre pour elle d’occuper ses mains, sinon son esprit, une sorte de répit bienvenu. Esmeralda cligna lentement des yeux en réponse à la grimace que Casey lui avait adressé. C’était un soutien paresseux et muet. Malgré son indépendance marquée et son refus de trop s’impliquer dans la vie de la petite fille, elle aimait bien la gamine et ne pouvait pas nier que c’était dur de les voir, elle et sa sorcière, aussi blessées. Le silence continuait à régner, parfois brisé par le craquement du feu dans la cheminée. « Je ne sais pas ? » C’était dur parce que Casey ne manquait d’ordinaire pas de questions. Au contraire, la plupart des gens donneraient pas mal pour la voir enfin à court d’interrogations, mais pas sa mère, pas maintenant, pas à ce sujet. Etait-ce parce qu’elle avait décidé qu’il n’y avait rien de plus à dire au sujet de son père ? Ou parce qu’elle avait peur de découvrir encore d’autres choses qu’elle ne soupçonnait pas ? Cosima ne saurait le dire. Il y avait pleins de choses que Cosima ne savait pas ce soir.

« Je sais simplement qu'il n'a pas été beaucoup là. » Ce n’était pas nouveau. Et, là, elle ne pouvait vraiment pas contredire Casey, lui expliquer que ce n’était pas comme elle le croyait et présenter un point de vue différent. Il n’y avait pas de point de vue différent parce qu’il n’y avait rien à voir. « Pas même pour toi. » Elle leva les yeux vers Casey. Seule la rapidité du mouvement trahissait une quelconque émotion à ses paroles. Elle était entraînée depuis son plus jeune âge à faire semblant, à livrer d’elle-même juste ce qu’elle voulait que les autres voient et, parce que c’était un sujet particulièrement sensible, c’était la défense derrière laquelle elle se réfugiait instinctivement. Et dire qu’elle reprochait à son mari de ne plus jamais quitté son masque de gentleman. Elle se força à se détendre, inspirant profondément avant de laisser la tension qui courait le long de ses épaules se dissiper et son expression de neutralité avenante se transformer lentement. Elle avait les traits tirés Cosima. La courbe de ses sourcils trahissait toute la tendresse qu’elle avait pour sa fille et la crispation de sa mâchoire toute la portée du coup qu’elle venait d’accuser. « Son rôle de mari n’a pas grande chose à voir avec son rôle de père, ma chérie. » Ce n’était pas de leur mariage qu’il était question, mais bien de l’éducation qu’ils avaient donné à leurs enfants. « Il a essayé. Et c’est ce que je décide de retenir de lui. »

Avec un soupir, elle leva finalement son bol et prit plusieurs gorgées. Le liquide chaud calma un peu ses nerfs et, bientôt, c’était de la fatigue plus que de la tristesse qu’elle ressentait. Elle se laissa lentement glisser jusqu’à son dos rencontre le dossier de sa chaise. Un nouveau moment de silence. « Ce que tu décides de retenir de lui, toi seule peut le choisir. Je veux juste que tu saches qu’il y a du bon aussi et, que si tu as la moindre question, tu peux me demander. Quand tu veux. » C’était la seule conclusion qu’elle voyait à cette discussion, du moins à ce stade. Il faudrait du temps à Casey pour digérer tout ça. « Pas vraiment ce qu’on avait prévu pour la soirée, n’est-ce pas ? » Elle glissa un sourire plus sincère. Plus sarcastique, aussi.

_________________

Don't you tell me what you think that I can be, I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
© CODE BY FRANKENHOOK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Casey S. Bloodworthavatar

Modératrice
Nouvel habitant

Cainounet

Ϟ Inscription : 18/09/2015
Ϟ Messages : 1702
Ϟ Points : 3363
Ϟ Avatar : Ebba Zingmark
Ϟ Crédits : Ceux qui prennent les photos - Bibi - Tumblr
Ϟ Autre(s) compte(s) : Cahira ▬ Kanoa
Ϟ Âge du perso : 22 ans (ils grandissent si vite /pan)
Ϟ Pouvoir : Capacité : manipulation du sable (et terre) Evolution : Tempête de Sable, puis Contrôle & Empathie sur la végétation
Ϟ Guide : Un gros chaton aux larges pattes et dents pointues du nom de Cain - marécage
Ϟ Statut Social : Célibataire, mais plus tard un petit crush sur le Sinistros (a)
Ϟ Métier(s)/autres : Etudiante, travaillant également au café, Cookie & Coffee de son frère et sa mère + Au resto Finley
Ϟ Lieu de résidence : Au Meiklam, dans son propre chez elle, mais pas trop loin du frère



MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   Mar 9 Jan 2018 - 16:58


Peut-être que finalement, c'en était trop pour cette soirée, peut-être était-il temps de penser à toute cette conversation après une bonne nuit de sommeil, même si Morphée ne serait sans doute pas au rendez-vous ce soir. Peut-être qu'elle pourra faire le tri dans ses souvenirs, mais peut-être pas en fin de compte, trop de peine et de douleur en perspective. Elle ne voulait pas tenter de délier le vrai du faux, pas toute seule en tout cas, et une partie d'elle ne souhaitait pas avoir une autre conversation de ce type avec sa mère, mais qui y avait-il de mieux pour l'aider vraiment à tout classer sinon Cosima, sa mère, ainsi que la femme de son père ?

L'accident avait été un secours bienvenue, une bouffée d'air fraîche dans cette atmosphère bien trop pesante pour ce qui aurait dû être une soirée entre mère et fille, où la dernière crachait sa frustration sur tous ces mystères qu'offrait le Leatherland. Mais même s'occuper l'esprit à nettoyer sa maladresse n'avait pas une durée éternelle. Cela faisait bien longtemps que ce cela lui était arrivé, d'ailleurs. « Son rôle de mari n'a pas grand-chose à voir avec son de père, ma chérie. Il a essayé. Et c'est ce que je décide de retenir de lui. » Mais était-ce suffisant ? Une pointe d'amertume s'empara d'elle alors qu'elle remarqua l'ironie de la situation où ce qu'elle retenait de son père était son absence et des souvenirs apparemment erronés.

Elle profita de l'interlude bienvenu où Cosima terminait son bol pour faire de même, bien qu'il ne restât plus grand-chose. « Ce que tu décides de retenir de lui, toi seule peut le choisir. Je veux juste que tu saches qu’il y a du bon aussi et, que si tu as la moindre question, tu peux me demander. Quand tu veux. » Casey déglutit, et hocha simplement la tête, incapable de faire confiance à sa voix pour apporter une réponse. Elle ignorait encore si elle oserait questionner sa mère sur le sujet, mais d'un autre côté, elle ne serait jamais fixée si elle continuait de vivre ainsi. Après tout, l'homme était son père, et si elle n'avait pas de souvenirs plaisants alors que visiblement, il avait tenté d'agir en tant que père, plus d'une fois, c'est qu'il y avait un problème.

« Pas vraiment ce qu'on avait prévu pour la soirée, n'est-ce pas ? » Elle arqua un sourcil. Si elle était encore envahie par une profonde tristesse, qui s'alliait à une immense confusion, elle devait bien admettre qu'elle n'avait pas non plus anticipé cette tournure dramatique. « Si ça avait été prévu, ça n'aurait pas été drôle. » Ne put-elle s'empêcher de rétorquer, en rendant son sourire à sa mère, même si, dans le fond elle n'en ressentait pas vraiment l'envie, de sourire. Enfin, c'est comme ça qu'on grandit, non ? Avec ce genre de conversation qui, bien que déplaisantes, finissent par mener vers un épanouissement personnel, même si, dans l'immédiat, l'épanouissement se trouvait profondément enfoui dans le gouffre de sa peine.

Attrapant le bol maintenant vide, Casey le posa dans l'évier et déposa un baisser sur la joue de sa mère et encerclant ses épaules de ses menus bras. « Merci, et hm, je vais réfléchir à tout ça okay ? Promis. Et t'a raison, faudra forcément qu'on en reparle. » Elle avait beau vouloir tout nier en bloque, elle n'était pas stupide. « Passe une bonne soirée. » elle eut un petit rire dérisoire, étant pratiquement persuadée que sa mère ne passerait pas forcément la meilleure des nuits. Elle contourna la table, et se tourna vers Esméralda, qui n'avait toujours pas bougé et lui adressa un léger sourire, les sourcils toujours froncés, preuve indéniable qu'elle avait l'esprit occupé « Salut Esmé, prend soin d'toi et d'mama okay ? Et si tu dois un jour assister une nouvelle fois à ce genre de scène je ferais en sorte que t'ai de quoi manger pour que ce soit pas trop long. » Elle voulait alléger l'atmosphère encore pesante, mais le ton n'y était pas vraiment. Un dernier signe de la main afin de saluer la guide de sa mère, elle alla rapidement dans la salle de bain puis dans l'entrée où elle se chaussa et enfila rapidement son manteau. « À demain ! » s'écria-t-elle en ouvrant la porte, et décampa sans demander son reste.

Les torrents de pluie et l'air frais de la nuit lui firent un très grand bien, et elle prit son temps pour faire la route jusqu'à chez elle. C'était apaisant, de marché dans les rues désertes à cette heure-là, et le clapotis réguliers des goûte d'eau s'écrasant sur les toits dans maisons, sur le sol accompagné de l'odeur de terre humide calmaient légèrement ses pensées. Casey soupira alors qu'elle pénétra chez elle, après s'être déchaussée et alluma une lampe à huile afin de ne pas marcher à l'aveugle, et déposa son manteau trempé dans la salle de bain, action qui miroitait celle de sa mère plus tôt dans la soirée. Elle grogna et mit sur le feu la bouilloire, puis alla se changer, puis avec une certaine hésitation, elle contacta son guide. *Cain, je sais que tu ne dors pas.* Elle l'avait seulement réalisé sur le chemin du retour. *Tu avais raison, j'aurai dû discuter de ça plus tôt.* Elle chassa rageusement des larmes qui commençaient à refaire surface et retourna dans le coin cuisine où elle remplit une théière d'infusion. *Je comprends pourquoi tu es resté silencieux. J'aime pas ça, et je t'en veux un peu, c'est vrai.* Elle n'allait pas mentir à son guide sur ce point. Elle déposa la théière en fonte et sa tasse sur la table basse, et ralluma le feu dans la cheminée *Mais je comprends.* Elle renifla. *Juste. Ne me laisse pas toute seule maintenant, s'il te plaît ?* Le félin ne répondit pas, et pendant un instant Casey pensa qu'elle s'était trompée, mais le caracal se manifesta et posa sa tête sur ses cuisines, laissa échapper un ronronnement fort et grave, et frotta son museau sur le ventre de sa sorcière. Elle ignora à quel moment elle s'endormit, mais le bruit de la tempête à l'extérieur, le chant du bois qui craquait dans la cheminée et le ronronnement de son guide la berça sans qu'elle s'en rende compte. Tout devenait plus clair après une bonne nuit de sommeil, non ?


_________________


Cause my head is filled with music ! In my heart there's always asong !
© CODE BY LÚTHIÈN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t41-casey-s-bloodworth-c-mon-l http://leatherland.forumactif.org/t1405-carnet-de-casey-s-bloodworth http://leatherland.forumactif.org/t1010-journal-de-bord-de-casey-bloodworth#9619 http://leatherland.forumactif.org/t296-inventaire-de-casey-s-bloodworth

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A walk down memory lane ▬ Casey   


Revenir en haut Aller en bas
 

A walk down memory lane ▬ Casey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Leatherland :: Le Leatherland :: LE MEIKLAM :: CENTRE DU VILLAGE :: COOKIE & COFFEE-