AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 A bicyclette ft Gabriel Mogensen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Lun 3 Juil - 22:25






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : avril 2017
Matin, après-midi, soir : fin d'après-midi, début de soirée.
Météo (approximative) : Il fait bon, même si nous sommes encore en avril. Le vent est frais mais pas froid et le soleil commence peu à peu à se coucher.
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [x] oui [] non
Commentaire :
Gaby, let's party!




Une journée de plus, des amis en moins. Voilà ce à quoi ressemble ma vie en ce moment. Aglae est en cours, elle s’amuse, elle a de nouveaux amis et moi, les uniques amis que je me fais c’est les animaux que je soigne.

Mes journées de travail se font plus longues, car je n’ai que ça à faire. J’en profite pour pouponner les animaux que j’ai à ma garde. Je suis pire qu’une mère poule avec eux, je m’en occupe, les calme ou les divertis. Ils font que mes journées sont plus chargées, plus agréables, mais surtout me donne une bonne raison de me lever le matin.

Certes, j’ai eu des contacts avec mes voisins, mais ceux-ci étaient brefs, comme s’ils ne voulaient pas se lancer dans une discussion. Je comprends que parfois, nous n’ayons pas le temps pour ce genre de banalités, mais à la longue, cela me pèse. J’ai réellement l’impression d’être la seule à ne pas réussir à m’intégrer. Est-ce dû à mon caractère ou à mon refus de l’autre… ? Qu’importe, ça ne m’aidera pas maintenant.

Les questions se bousculent et je viens câliner une dernière fois les animaux de la clinique.
"On se retrouve demain mes amours." Je pars remettre ma blouse à sa place, prends mon sac et pars aussi rapidement que j’étais arrivée.

Ici, à ma grande surprise, nous n’avons pas la technologie, pas de voiture, pas de transport en commun. Alors je me munie des pieds pour rentrer, je sais que j’en ai pour un long bout et c’est souvent à ce moment-là où je regrette la technologie, un téléphone ou un mp3 aurait fait passer le temps bien plus rapidement. Mais je n’ai que mes pieds et le son du vent.
Aujourd’hui, l’ennui est trop grand alors j’évacue mon esprit comme je le peux et mes mains sont un très bon divertissement. Je ne m’ennuie jamais lorsque je crée mes petites illusions. Je regardais mon sac et petit à petit, le caressant de mes mains, je fais apparaître des coutures qui n’y étaient pas avant en filin d’or. Je rajoute des fleurs qui ont l’air collées alors qu’elles ne sont que des particules. Petit à petit tout mon corps prend part à ce jeu et je finis par être une femme à fleur. Des dizaines de fleurs se parsèment sur mon corps et des bourgeons grandissent à chacun de mes pas.

Je n’entends pas le vélo qui arrive derrière moi, ni même ne sent sa présence, je reste ébahie par les fleurs sur moi.
Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Mogensenavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 24/02/2016
Ϟ Messages : 156
Ϟ Points : 238
Ϟ Avatar : Nikolaj Coster-Waldau
Ϟ Crédits : Blondie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara, Delvan & Cosima
Ϟ Âge du perso : 46 ans
Ϟ Pouvoir : Sécrétion de toxines végétales et jet d'épines
Ϟ Guide : Daisy, chien berger australien
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Psychologue
Ϟ Lieu de résidence : Une maison aux abords du Meiklam



MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Mer 5 Juil - 15:03


Gabriel, il avait vite compris qu’il n’aurait jamais le temps de faire tous ses trajets à pieds, pas quand il cumulait son poste de psychologue à l’université et son propre cabinet, en plus de ses recherches sur la compréhension des phénomènes et pathologies mentales au Leatherland et leurs possibles rôles dans l’épanouissement des pouvoirs chez les sorciers. Alors, oui, c’était le genre de sujet qu’il trouvait passionnant, mais ça lui bouffait un temps fou. Résultat, il avait choisi d’acheter une bicyclette d’occasion, bien plus simple d’entretien qu’un cheval dont il n’aurait jamais su comment s’occuper. Et c’était étrange de se dire que sa mercedes et ses anciennes voitures de collection faisaient maintenant le bonheur de ses frères ; il osait au moins espérer qu’il les sortaient de temps en temps du garage pour leur faire voir du pays. Ca aussi c’était fini pour lui, les balades le long des côtes nordiques, les kilomètres avalés avec pour seule compagnie le son du moteur sur le chemin de la maison familiale ou d’une simple visite de patients. Ces jours-ci, il se faisaient les mollets sur son engin un peu rouillé, Daisy courant joyeusement à ses côtés. Quand il imaginait sa guide et lui vivant dans son monde d’origine, il pouvait seulement se sentir soulagé que les sièges en cuir n’ait pas eu à la subir.

Il rentrait de l’université quand la silhouette d’une femme se dessina au loin sur son chemin. Ce n’était pas vraiment rare de croiser des gens à pieds, seulement ce n’était pas la première fois qu’il voyait cette personne en particulier et, jamais il ne lui avait connu d’autre moyen de transport. C’était peut-être stupide de sa part, mais ça l’inquiétait. Les villages n’étaient pas aussi sûrs que les derniers arrivants semblaient le croire et de voir cette inconnue se déplacer seule aux alentours du Meiklam, en soirée, ce n’était vraiment pas rassurant. Quand il se rapprocha, il découvrit aussi que c’était un joli spectacle. Des plantes s’épanouissaient dans ses pas et des fleurs recouvraient de leurs pétales éclatants son sac, sa tenue et sa peau. Elle avait l’air tout droit sorti d’un livre pour enfant. C’était parfaitement le genre de choses qu’adoraient Daisy, aussi fila-t-elle sans attendre pour tourner autour de la jeune femme, aboyant joyeusement et remuant la queue de plaisir. « Daisy ! » Il pédala plus vite pour la rattraper et arrêta sa bicyclette à la hauteur de l’autre sorcière. « Désolé, elle adore tout ce qui est très coloré. » Il se permit un nouveau regard à toutes ses fleurs fantasques. « Je dois dire que c’est très bien réussi. Illusion, c’est ça ? » Ce n’était pas la première fois qu’il avait affaire à un don de la sorte, bien qu’il ne l’avait jamais vu utilisé de façon si… poétique. On était en tout cas très loin de ses propres pouvoirs qui n’avaient rien de particulièrement charmant, même s’ils s’avéraient utiles. « Vous êtes nouvelle dans le coin ? » Plus que l’absence de monture ou de vélo, c’était le visage de la jeune femme qui ne disait rien à Gabriel. Pourtant, il voyait passer beaucoup de monde étant donné son poste à l’institut et sa participation à la vie du village.

_________________

And we could be all kinds of crazy, we might already be. And we could be all kinds of magic if that’s what we need.
© CODE BY FRANKENHOOK

Mes awards, merci à vous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t532-gabriel-medicine-man-can- http://leatherland.forumactif.org/t548-carnet-de-gabriel-mogensen http://leatherland.forumactif.org/t547-carnet-de-route-de-gabriel-mogensen#4142

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Ven 7 Juil - 16:40


Je ne faisais ça que très rarement, je n'en avais pas l'habitude. Dans l'autre monde, je n'aurais jamais pu faire ça, même au beau milieu d'un champ. J'aurais été agressée en moins de temps qu'en en faut pour le dire. Même si elle pensait en ce monde qui évolue, les termes de magie, lorsqu'ils étaient prononcé de manière sérieuse, étaient tabous. Mais le vent passa dans mes cheveux, comme s'il était un vent de liberté. Etrangement, cela me cola un petit sourire. Des petits bruits de pas, quelque chose courait, me sortit de mes pensées. Lorsque je me tournais vers le son des pas, j'aperçu une petite chienne. Elle avait sur sa gueule un sourire ou plutôt un rictus qu'avaient tous les chiots. "Bonjour toi!" dis-je à l'intention du chien qui observait tout ce qui se tramait sur mon coeur ou mes vêtements. "Oh tu aimes bien mes illusions, petite bouille?" J'avais toujours eu le contact facile avec les animaux, si bien que je viens lui caresser le haut du crâne et la boulle de poile ne bougea même pas, se laissant faire promptement.

"Daisy!" Je le releva la tête vers cet inconnu, un peu surprise. Je me releva avant de passer ma main sur ma robe tout en effaçant les illusions les unes après les autres, réflexe d'une vie passée dans la peur. "Désolé, elle adore tout ce qui est très coloré." Je lui souris, ne voulant être impoli, mais je ne voyais rien à rajouter, il était vrai que le chien aimait ça. "Je dois dire que c'est très bien réussi. Illusion, c'est ça?"
Encore un peu estomaquée par le fait qu'une personne ose me parler, tout le monde avait été si distant avec moi que j'avais eu l'impression d'être invisible. "euh... oui c'est ça. Je... Oui. Illusions." J'étais un peu confuse et l'homme ne semblait pas m'en tenir rigueur vu qu'il continua. " Vous êtes nouvelle dans le coin ? " "Oui... enfin non... Nous sommes arrivées par la dernière brèche. Enfin nous, ma petite soeur et moi." Je m'emmêlais les pinceaux, j'en disais trop ou pas assez. Et j'avais cette envie de rire, dire qu'une personne comme moi était plus apte à parler avec les animaux plutôt qu'avec les humains. Mon regard détailla la scène, l'étranger avait un vélo et cette adorable chienne au prénom de Daisy. Je me retrouvais face à lui sans rien dire et pourtant je ne voulais pas qu'il parte, il était la première personne à avoir fais un pas vers moi. Je lui présentais alors ma main. "Je suis enchantée de faire votre connaissance, je suis Thalia FitzGerald, j'habite à Kyngdon." Mais tais toi, Thalia! s'écria lassement une petite voix dans ma tête. C'était incroyable, je ne pouvais contrôler ma langue, certainement à cause de cette joie en moi ou juste parce que je n'étais plus habitué aux personnes qui n'était pas Aglae. "Elle est adorable, c'est la vôtre?"
Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Mogensenavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 24/02/2016
Ϟ Messages : 156
Ϟ Points : 238
Ϟ Avatar : Nikolaj Coster-Waldau
Ϟ Crédits : Blondie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara, Delvan & Cosima
Ϟ Âge du perso : 46 ans
Ϟ Pouvoir : Sécrétion de toxines végétales et jet d'épines
Ϟ Guide : Daisy, chien berger australien
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Psychologue
Ϟ Lieu de résidence : Une maison aux abords du Meiklam



MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Dim 9 Juil - 18:42


Daisy, c’était une jeune chienne sociable qui ne s’embarrassait pas vraiment de savoir si sa compagnie était bien reçue, du moins pas avant que le contraire soit clair. Heureusement pour elle, cette fois elle ne dérangeait pas. Quelque part, elle était consciente que la jeune femme pensait à elle plus comme à un animal de compagnie qu’autre chose, mais c’était bien secondaire par rapport à sa magie et ses caresses. Elle se frotta volontiers à la main de la sorcière tout en ignorant le cri de Gabriel : il pouvait râler s’il voulait, elle savait bien que lui aussi avait comme intention d’aborder l’inconnue. Elle avait juste été plus rapide que lui. Désolée. Ce n’était pas dans ses habitudes de s’excuser, du moins pas après les premiers mois de leur relation, mais après le bordel qui avait suivi son insomnie de la veille, c’était dans son intérêt. Dis ça au canapé. Si elle pouvait compter sur Gabriel pour quelque chose, c’était bien pour ne pas laisser couler le carnage de son précieux mobilier, mais oublier sa lutte héroïques contre les araignées. Ou aux serviettes de bain. J’avais besoin de quelque chose pour essuyer le café que TU avais laissé trainé. Et que tu tu t’es fait une joie de renversé dans ton combat, oui. Même s’il préférait sacrifier quelques serviettes à ces rideau, comme ce fut une fois le cas, l’amélioration n’était pas assez pour l’adoucir.

Aucun des deux ne laissa rien paraître cependant, l’image même de la normalité devant la jeune femme, laquelle balbutiait bien plus que prévu pour une simple petite question. Peut-être n’était-elle pas encore habituée à se servir si librement de son don ? Gabriel garda son sourire poli en place, ne la pressant pas pour une réponse, lui laissant le temps dont elle avait besoin sans la juger. « Oui... enfin non... Nous sommes arrivées par la dernière brèche. Enfin nous, ma petite sœur et moi. » Ca lui faisait bizarre de se dire que des gens continuaient d’affluer, comme si rien n’avait changé. Est-ce que personne ne les avertissait des dangers qui les attendait ici ? « Bienvenue à vous deux alors. » Et, visiblement, il avait eu bien raison de ne pas presser la brune, comme elle semblait maintenant se reprendre, décidée à s’engager dans la discussion. Il lui serra la main de bon coeur et se présenta à son tour. « Gabriel Mogensen, enchanté aussi. » Avant qu’il ne puisse présenter la jeune chienne comme il se devait, Thalia avait déjà repris la conversation. Comment ça, tienne ? C’est toi qui est mon sorcier ! Parce que c’était peut-être moins indignant dans ce sens ? Il se racla la gorge, amusé malgré lui. « Daisy est ma guide, oui. » Mais c’était un sujet sur lequel il ne préférait pas s’attarder, notant avec un froncement de sourcil l’absence d’animal aux côtés de la sorcière. « Je dois avouer ne pas avoir beaucoup mis les pieds au Kyngdon. J’ose espérer que vous vous y plaisez. Ça ne fait pas trop loin, à pieds ? » Finalement, il en arrivait à ce qui l’inquiétait depuis le début.

_________________

And we could be all kinds of crazy, we might already be. And we could be all kinds of magic if that’s what we need.
© CODE BY FRANKENHOOK

Mes awards, merci à vous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t532-gabriel-medicine-man-can- http://leatherland.forumactif.org/t548-carnet-de-gabriel-mogensen http://leatherland.forumactif.org/t547-carnet-de-route-de-gabriel-mogensen#4142

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Mer 12 Juil - 15:52


Tout ce qui me manquait ici, c’était un bon appareil photo et un bon mp3. C’était con, mais c’était mes deux passions dans la vie en dehors des animaux et maintenant que je n’avais plus les deux premiers, je me défonçais pour le dernier. Si j’avais pu et eu mon appareil, cette petite chienne serait passé sous mon objectif. Mais là n’était pas la question. Pour une fois j’avais le droit de parler de tout et de rien, pour une fois une personne me parler à moi. Gabriel Mogensen, j’aimais bien le prénom qui était doux à l’oreille mais ce fut son nom de famille qui m’interpella un peu plus. J’entendais des connotations nordiques à moins de me tromper.

« Daisy est ma guide, oui. » Et merde, la prochaine fois tu te tais, Thalia ! me souffla ma confiance. On m’avait vaguement expliqué le concept de ces guides, c’est en autodidacte que j’en avais appris plus sur le sujet à force d’observer ces gens et ces animaux particuliers. Je me mis à regarder la chienne puis le sorcier, puis à nouveau avant de me reprendre. « Je suis désolée. » dis-je à l’adresse de la chienne comme de son maitre. Il ne reprit pas, même si en moi j’espérais que l’un et l’autre me pardonnerait. Je ne savais pas vraiment comment les deux êtres étaient l’un envers l’autre. Personne ne me mettait au courant. Je commençais vraiment à me demander si j’avais fait le bon choix de venir ici.

« Je dois avouer ne pas avoir beaucoup mis les pieds au Kyngdon. J’ose espérer que vous vous y plaisez. Ça ne fait pas trop loin, à pieds ? » [color:30da=#burlywood]« Non… enfin… De toute façon, je n’ai pas d’autres moyens de faire le trajet… » dis-je sur le ton de la confidence. « Je dois vous avouer que nous ne nous sommes pas encore très bien intégrées… Enfin surtout moi. Nous ne connaissons pas grand monde ici. »

La confidence était grande pour moi, c’était tout ce que j’avais. Personne ne s’était vraiment intéressé à moi, autrement que par ma fonction de vétérinaire, il y avait peut-être Hayden, mais il n’avait été que mon passeur pour le moment. Les gens étaient courtois, pas de doutes là-dessus, mais tout ce que je savais d’ici, je l’avais appris seule. Il y avait uniquement cette histoire de loup et de meurtres dont j’avais eu vent par mon passeur, mais que je ne voulais pas croire. Cette terre devait être mon havre de paix. La solitude me pesait et c’était peut-être pour ça que je me vidais de mes sentiments à un parfait étranger.
Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Mogensenavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 24/02/2016
Ϟ Messages : 156
Ϟ Points : 238
Ϟ Avatar : Nikolaj Coster-Waldau
Ϟ Crédits : Blondie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara, Delvan & Cosima
Ϟ Âge du perso : 46 ans
Ϟ Pouvoir : Sécrétion de toxines végétales et jet d'épines
Ϟ Guide : Daisy, chien berger australien
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Psychologue
Ϟ Lieu de résidence : Une maison aux abords du Meiklam



MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Jeu 13 Juil - 16:32


« Je suis désolée. » Gabriel balaya l’excuse d’un geste de main désinvolte. Certes, devant un autre guide la question aurait pu être prise comme une insulte, seulement c’était de Daisy dont on parlait : elle avait un naturel bien trop avenant pour vraiment tenir rigueur de ce genre de confusion à la jeune femme. D’autant plus quand elle avait savouré les quelques caresses plus tôt. « Ce n’est rien. Ce n’est pas facile de faire la différence quand on ne sait pas. » Surtout quand on avait affaire à un chien ou un chat. Les autres races de guides avaient cet avantage qu’il était plus difficile de prendre un ours ou une loutre pour un animal de compagnie. Gabriel lui-même préférait traiter les chats errants ou les écureuils qu’il tentait de caresser comme des guides, dans le doute, afin de ne vexer personne. Pour mettre un terme au malaise de la brune, il changea de sujet, s’intéressant plutôt à sa vie au Kyngdon. C’était un sujet un peu particulier. Bizarre pour le psychologue de se dire qu’il n’avait jamais soupçonné la présence d’autres villages si proche des frontières et qu’il fut un temps, pas si lointain que ça, au contraire, où la présence d’autres êtres humains dans cet univers n’était qu’une simple hypothèse.

« De toute façon, je n’ai pas d’autres moyens de faire le trajet… » Gabriel fronça les sourcils, pas vraiment heureux d’avoir vu juste sur ce point. Ce qui suivit ne l’enchanta pas d’avantage : Thalia était une nouvelle habitante, une jeune femme plutôt seule exceptée pour sa soeur, sans même un guide pour l’accompagner lors de trajets relativement longs qu’elle effectuait à pied. Génial. Ce n’était pas comme si un loup-garou courait librement dans le Leatherland, hein ? « Ne vous inquiétez pas pour ça. Ça demande un peu de temps, mais je suis sur que vous allez vous faire de nouveaux amis ici. Et n’hésitez pas à demander de l’aide, la plupart des villageois seront sans doute ravis de vous assister. » C’est que cet exode soudain vers un monde moyenâgeux avait tout de même ça de bon que les gens s’épaulaient plus volontiers. « En attendant laissez moi vous raccompagner, vous voulez bien ? Je ne sais pas ce qu’on vous a dit, mais l’endroit n’est pas aussi sûr qu’il n’y paraît. Je m’en voudrais si quoi que ce soit vous arrive. » Gabriel le gentleman en pleine action. Tu voulais pas faire des boutures des rosiers ce soir ? Ça peut attendre. Tu as envie qu’elle croise le loup-garou sur le chemin du retour ? Daisy pencha la tête sur le côté, considérant un instant la sorcière. Non. Il vaut mieux qu’on soit là, avec tes épines et nos toxines, il ne fera pas le malin ! Il sourit, un peu attendri malgré lui par son âme d’aventurière. C’est bien ce que je me disais.

_________________

And we could be all kinds of crazy, we might already be. And we could be all kinds of magic if that’s what we need.
© CODE BY FRANKENHOOK

Mes awards, merci à vous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t532-gabriel-medicine-man-can- http://leatherland.forumactif.org/t548-carnet-de-gabriel-mogensen http://leatherland.forumactif.org/t547-carnet-de-route-de-gabriel-mogensen#4142

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Ven 14 Juil - 1:02


L'homme me rassura sur ma solitude pesante. Peut-être en avait-il fait les frais lui aussi ? Ici, un nouveau monde et une nouvelle vie s’offrait à moi, alors pourquoi ne pouvais-je pas partir sur le bon pied ? Y avait-il encore des choses pour moi dans le vrai monde ? Non, je ne pense pas, dans ce vrai monde, je n’étais que l’ombre de moi-même, je ne pouvais pas faire usage de mon don. La lassitude avait pris part de moi là-bas. Pourtant, l’air moyenâgeux et les gens ici ne m’insufflait pas la confiance, mais une certaine crainte ou méfiance… Pourquoi ?

« Et n’hésitez pas à demander de l’aide, la plupart des villageois seront sans doute ravis de vous assister. » avait-il dis. A Kyndgon, je ne connaissais que Hayden, mon passeur et encore. Il était renfermé et je ne pouvais pas non plus lui tirer les vers du nez. Je ne connaissais que ce qu’il avait bien voulu me dire… « Je… Je ne suis pas du genre à demander de l’aide facilement… Mais j’écouterai votre conseil… » Dis-je. Je n’arrêtais pas de bégayer, ce n’était pas parce que j’étais mal à l’aise. C’était uniquement parce que j’avais fait peu usage de la parole pendant des mois. Les uniques paroles qui sortaient de ma bouche étaient des mots doux pour les animaux et je ne pouvais clairement pas parler à cet homme de cette façon.

La plupart du temps, j’essayais de ne pas le regarder dans les yeux, mais j’avais bien vu que sa guide avait bien vu ma particularité. Peut-être que Daisy n’avait pas dis à Gabriel de me regarder dans les yeux. J’étais toujours un peu tournée, l’un de mes yeux dans l’ombre de mes cheveux. Mais je n’en pouvais plus de le regarder qu’à moitié. Alors, d’un geste familier, je portais la mèche derrière mon oreille. Mon œil bleu se fit alors voir, même si je faisais tout pour qu’il ne le remarque pas.

« En attendant laissez-moi vous raccompagner, vous voulez bien ? Je ne sais pas ce qu’on vous a dit, mais l’endroit n’est pas aussi sûr qu’il n’y paraît. Je m’en voudrais si quoi que ce soit vous arrive. » « Vous êtes sûr ? Je ne veux pas que vous fassiez un détour par ma faute… » Je regardais tour à tour la guide et le sorcier. La chienne n’avait pas l’air plus agitée que ça. Alors, j’acceptais d’un geste de la tête, comme si je n’aurais pas pu lui changer les idées. En me remettant en marche, je saisis alors la fin de sa phrase. Je me tournais légèrement vers lui. « Alors, c’est vrai ce qu’Hayden m’a dit ? Il y a bien un danger qui rôde ? » Je fis exprès de ne pas parler du loup-garou, je ne voulais pas l’influencer dans ses révélations. Je voulais qu’il m’explique avec ses mots, comme l’avait fait mon passer.
Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Mogensenavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 24/02/2016
Ϟ Messages : 156
Ϟ Points : 238
Ϟ Avatar : Nikolaj Coster-Waldau
Ϟ Crédits : Blondie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara, Delvan & Cosima
Ϟ Âge du perso : 46 ans
Ϟ Pouvoir : Sécrétion de toxines végétales et jet d'épines
Ϟ Guide : Daisy, chien berger australien
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Psychologue
Ϟ Lieu de résidence : Une maison aux abords du Meiklam



MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Dim 16 Juil - 12:08


La chose qui marquait le plus, chez Thalia, c’était cette attitude réservée qui lui collait à la peau. Après quelques minutes de conversation, elle continuait de bégayer légèrement et ne regardait toujours pas Gabriel dans les yeux. Il n’avait rien contre ça. Seulement, c’était une réaction un peu en dehors de l’ordinaire et, un peu tard peut-être, il s’inquiéta de l’avoir effrayée en l’abordant sur un chemin de campagne alors qu’elle était toute seule. Bien joué, Mogensen, vraiment. « Je… Je ne suis pas du genre à demander de l’aide facilement… Mais j’écouterai votre conseil… » Il choisit donc d’arrêter de s’en faire sur la possible crainte qu’il inspirait à la jeune femme, espérant que son bégaiement ait une autre origine. Il fut distrait quelques secondes, quand elle repoussa ses cheveux, par un œil d’un bleu éclatant. Des yeux vairons, drôle de mutation. Pourquoi les cachait-elle ? C’était joli et il était persuadé que plus d’une personne serait jaloux d’un trait d’une telle rareté. D’un autre côté, au regard de la discrétion de Thalia, elle n’appréciait peut-être pas l’attention qu’ils attiraient. Gabriel pouvait comprendre.

Décidant de ne pas commenter sur le physique de la sorcière -il avait été mieux élevé que ça-, il se proposa plutôt de la raccompagner chez elle. « Vous êtes sûr ? Je ne veux pas que vous fassiez un détour par ma faute… » Il sourit aimablement. « Si je vous le demande, c’est que ça ne me dérange pas, ne vous inquiétez pas. » Daisy se mettait déjà en route, suivant un papillon de fleur en fleur. Tu me parles jamais comme ça, grogna-t-elle. Il leva les yeux au ciel. Parce que tu prends déjà trop avantage de moi. Elle éternua, le nez un peu trop sensible aux brins d’herbe chatouilleurs. Gabriel et Thalia finirent par lui emboîter le pas, le psychologue traînant sa bicyclette à ses côtés. Avec un peu de chance, le détour serait assez pour fatiguer Daisy et s’assurer une soirée un tant soit peu tranquille. « Alors, c’est vrai ce qu’Hayden m’a dit ? Il y a bien un danger qui rôde ? » Si la question le prit par surprise, c’est surtout parce qu’il voyait mal comment elle ne pouvait pas être au courant de ce qui se passait : tout le monde en parlait, partageant ses inquiétudes et ses soupçons sur ce que faisait exactement Caleb Keats. Il haussa donc un sourcil perplexe en sa direction. « Quand vous dites que vous ne connaissez pas grand monde, c’est un euphémisme apparemment. »

Il n’aimait pas ça Gabriel. Ce n’était pas son rôle que d’avertir les gens sur les événements sordides du Leatherland, c’était au Conseil de faire ça. Etait-ce bien étonnant qu’ils n’avaient pas cette prévenance ? Il était un peu révolté qu’ils continuent d’accueillir des nouveaux venus sans les prévenir des dangers auxquels ils s’exposaient. Il soupira donc, résolu de lui dire ce qu’il se passait pour qu’elle puisse mieux faire attention à elle et à sa sœur, mais pas de gaieté de cœur. « Un loup-garou court en liberté, après avoir échappé au shérif et à ses adjoints. » Avait-il besoin de préciser que le lycan avait déjà pas mal de sang sur les mains ? Il préféra réserver cette information pour les possibles questions qu’auraient Thalia. « C’est pour ça que ça m’inquiétais un peu de vous savoir faire le trajet jusqu’au Kyngdon seule. »

_________________

And we could be all kinds of crazy, we might already be. And we could be all kinds of magic if that’s what we need.
© CODE BY FRANKENHOOK

Mes awards, merci à vous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t532-gabriel-medicine-man-can- http://leatherland.forumactif.org/t548-carnet-de-gabriel-mogensen http://leatherland.forumactif.org/t547-carnet-de-route-de-gabriel-mogensen#4142

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Lun 24 Juil - 21:23


Je faisais tout pour ne pas paraître trop farouche. Je tentais de toutes mes forces d’être celle que j’étais dans l’ancien monde, vraie, pure, grande gueule, protectrice, sûre d’elle mais c’était plus fort que moi, la réserve était ma nouvelle arme de protection. Quel drôle changement. Moi qui était cette fille qui se faisait rapidement des amis, ici, c’était bien plus difficile et mon charme ne l’aiderait en rien. Incapable d’en user. « Quand vous dites que vous ne connaissez pas grand monde, c’est un euphémisme apparemment. » « Peut-être est-ce plutôt une bonne défense… » chuchotais-je. Je regardais la petite chienne. C’était un être adorable, calme et pourtant, je pouvais sentir que c’était une vraie chipie. C'était un peu de la déformation professionelle, mais je la détaillais afin de savoir si elle n'était sujette à aucun problème médical, simple. Mon œil se posait sur les oreilles de la chienne, puis lorsqu'elle tournait les yeux, je les fixais, afin de voir s'ils pouvaient être vitreux. Mais non, rien de mal en apparence, la guide me semblait en pleine forme et surtout dans la force de son âge.

« Un loup-garou court en liberté, après avoir échappé au shérif et à ses adjoints. » « C’est bien ce qu’Hayde m’a dis… Je ne voulais certainement pas y croire… » Je continuais à marcher, mon sac en bandoulière se claquait contre ma cuisse à chaque pas, ce qui m’embêtait, alors de temps à autre, je le maintenais dans son dos d’une main. L’homme faisait une tête de plus que moi, il était grand et blond. Ce qui trahissait un peu plus ses origines nordiques, à mes yeux. « C’est pour ça que ça m’inquiétais un peu de vous savoir faire le trajet jusqu’au Kyngdon seule. » Mais quoi qu’il en soit, il était assez aimable pour me raccompagner chez moi et rien que pour ça, je lui en étais reconnaissante. Certainement ferais-je un repas ou un gâteau pour le remercier de sa générosité. C’était l’une de mes caractéristiques certainement, j’avais pris l’habitude de préparer un petit quelque chose à toutes les personnes qui croisaient mon chemin. C’était bien plus chaleureux et utile qu’autre chose, comme de l’argent ou des fleurs.

« Je suis venue ici pour que ma sœur et moi soyons en paix avec les nôtres… Dans l’autre monde, c’est comme si… Comme si nous n’étions pas à notre place, ou même privée de libertés… Enfin c’est ainsi que moi je le prends. » dis-je, sur le ton de la confidence. J’avais envie de parler et l’homme semblait être une bonne oreille. C'était tellement rude, pour moi de ne parler à personne de mes petits traquas quotidiens, de mes petits problèmes, de mes pensées. Bien sur, je pouvais en parler avec Aglaé mais j'essayais de laisser la petite assez libre, elle n'était pas obligée de me materner à mon tour... Non, je détestais ça. Alors, pour une fois, j'en profitais, parlant de l'actualité du Leatherland était une bonne introduction, peut-être pourrais-je parler un peu plus à cet homme et en faire un ami, qui sait? « Alors, me dire qu’ici aussi nous ne pouvons être tranquilles, c’est assez compliqué à gérer pour moi… » Je ralentissais le pas, sentant l’air se faufiler entre mes cheveux et sur mes épaules. « Vous n’avez pas peur, vous ? Je veux dire, vous aussi vous vous baladez seul… Certes le vélo vous rend plus rapide mais tout de même… » Mon regard tourné vers mon interlocuteur, je scrutais son visage tendrement.

hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Mogensenavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 24/02/2016
Ϟ Messages : 156
Ϟ Points : 238
Ϟ Avatar : Nikolaj Coster-Waldau
Ϟ Crédits : Blondie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara, Delvan & Cosima
Ϟ Âge du perso : 46 ans
Ϟ Pouvoir : Sécrétion de toxines végétales et jet d'épines
Ϟ Guide : Daisy, chien berger australien
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Psychologue
Ϟ Lieu de résidence : Une maison aux abords du Meiklam



MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   Dim 30 Juil - 9:58


Gabriel n’avait aucune idée de qui pouvait être Hayden, mais il était un petit peu rassuré d’apprendre que quelqu’un avait pris le temps de mettre Thalia au courant de ce qu’il se passait au Leatherland. Qu’elle ne veuille pas le croire, il pouvait comprendre. Après tout, ce monde était supposé être un havre de paix pour les sorciers, pas une espèce de koh-lanta magique et tordu. Ils n’avaient pas besoin d’une nouvelle épreuve de survie. « Je suis venue ici pour que ma sœur et moi soyons en paix avec les nôtres… Dans l’autre monde, c’est comme si… Comme si nous n’étions pas à notre place, ou même privée de libertés… Enfin c’est ainsi que moi je le prends. » Exactement sa pensée, à Gabriel, même s’il avait été assez chanceux pour naître dans une riche famille de sorcier. Ils avaient tous vécu cachés, rongés par la peur plus ou moins présente que quelqu’un découvre leur secret, hantés par une drôle de culpabilité à l’idée de garder le silence sur une part si fondamentale de leurs êtres aux personnes qu’ils aimaient. Sans mentionner le fait qu’ils n’avaient pas leurs guides à leur côtés. Pourtant, il n’allait pas mentionner le dernier point devant quelqu’un qui, de toute évidence, n’avait pas encore rencontré le sien. « Je comprend ce que vous voulez dire. C’était un peu comme vivre tout en gardant une partie de soi amputée. » Bien sûr, ça n’empêchait pas vraiment de s’en sortir ni d’être heureux, seulement il y avait toujours cette amertume de ne pas être pleinement soi.

Malheureusement, c’était une autre amertume qu’ils trouvaient au Leatherland. « Alors, me dire qu’ici aussi nous ne pouvons être tranquilles, c’est assez compliqué à gérer pour moi… » Il hocha la tête. Avant même toutes ces histoires de loup-garou, les nouveaux venus avaient été confronté à la réalité des limites et l’interdit d’aller explorer plus en avant. Ça avait été frustrant ; ça avait été une période de doutes, doutes envers les autorités qui grondaient toujours, même effacés par la peur du lycan. « Si ça peut vous rassurer, il n’y a pas eu de victime depuis que le loup s’est échappé. » Personnellement, ça ne le mettait pas à l’aise car il n’avait aucune idée de ce que Caleb Keats préparait, mais d’autres pouvaient y trouver un réconfort en songeant que l’homme en question avait peut-être simplement envie de poursuivre sa vie loin de son fils. Il en doutait. Tu doutes de tout. Ce n’était pas entièrement vrai, mais pas entièrement faux non plus. Surement des restes de mes cours de philo. Elle renifla d’un air désapprobateur, comme si elle avait une quelconque notion de philosophie.

Pourquoi on ralentit ? Au moins, elle avait un sens du rythme. Parce qu’on discute de sujets sensibles. J'vois pas le rapport entre une discussion et notre vitesse de marche. Il laissa passer le grognement ronchon de la jeune chienne et ignora le reste de ses plaintes. « Vous n’avez pas peur, vous ? Je veux dire, vous aussi vous vous baladez seul… Certes le vélo vous rend plus rapide mais tout de même… » C’était rare, que quelqu’un s’inquiète pour lui. D’ordinaire son air calme, posé et sûr de lui suffisait à assurer les gens qu’il n’avait pas de problème. Il haussa les épaules, un léger sourire amusé à la question sur les lèvres. « J’ai le pouvoir de produire des toxines végétales et celui de lancer des épines. Je ne sais pas vraiment jusqu’à quel point ça m’aiderait vraiment si je devais croiser le loup-garou, mais ça m’aide à ne pas trop m’inquiéter, je l’avoue. » C’était stupide. Le loup avait déjà fait des victimes dotés de divers pouvoirs magiques, Gabriel n’était pas plus en sécurité qu’un autre, mais il n’avait jamais prétendu que l’esprit humain était logique. « Puis c’est comme avec les terroristes dans notre monde, n’est-ce pas ? On ne vas pas s’arrêter de vivre malgré la menace. »

HRP:
 

_________________

And we could be all kinds of crazy, we might already be. And we could be all kinds of magic if that’s what we need.
© CODE BY FRANKENHOOK

Mes awards, merci à vous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t532-gabriel-medicine-man-can- http://leatherland.forumactif.org/t548-carnet-de-gabriel-mogensen http://leatherland.forumactif.org/t547-carnet-de-route-de-gabriel-mogensen#4142

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A bicyclette ft Gabriel Mogensen.   


Revenir en haut Aller en bas
 

A bicyclette ft Gabriel Mogensen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Leatherland :: Hors Jeu :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RP-