AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hayden O'Gradyavatar

Membre du forum
Natif de Kyngdon



Ϟ Inscription : 10/05/2017
Ϟ Messages : 18
Ϟ Points : 22
Ϟ Avatar : Cole Sprouse
Ϟ Crédits : bazzart @rastamachine
Ϟ Âge du perso : 23 ans
Ϟ Pouvoir : Rétrocognition
Ϟ Guide : Une panthère noire, un mâle appelé Shadow
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Passeur
Ϟ Lieu de résidence : Kyngdon



MessageSujet: (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' o/]   Mer 7 Juin - 14:42






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [X] Présent
Date du rp : Hum en juin ? Help ?
Matin, après-midi, soir : début de soirée.
Météo (approximative) : pluvieux.
Statut du sujet : [] libre [X] privé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [] oui [X] non
Commentaire : Mon 1er rp ici kyaaaa with Del'



@credits bazzart Ilyria & hedgekey

« Tu n'étais jamais parti aussi longtemps »
Ces mots résonnaient dans la tête d'Hayden, alors qu'il venait tout juste de rentrer chez lui, dans la maison de ses parents. Faites de pierres et ornées de magnifiques rosiers rouges, elle se trouvait à l'entrée du village de Kyngdon, comme si ses ancêtres avaient jugé bon que tout le monde devrait forcément passer devant pour l'admirer. A moins que ses ancêtres furent parmi les premiers à s'installer ici ? Il avait vu une fois par accident, en touchant simplement un mur lorsqu'il était plus petit, des bribes de souvenir qui appartenaient à l'un de ses ancêtres. Du moins, c'est ce qui était le plus probable. Mais il ne cherchait pas à comprendre ce qu'il voyait. Il ne voulait rien savoir du passé. Le passé ne faisait que le hanter et lui gâcher la vie. « Tu as encore maigri ? N'ont-ils rien à manger, là-bas ? » La mère d'Hayden, une femme encore tout à fait charmante, aux cheveux bruns coupés courts, détaillait son fils, inquiète. Hayden était revenu au village la veille, sale et épuisé, après deux longues semaines de travail et de trajets peu reposants. Oui, c'était vrai, il n'était jamais parti aussi longtemps de son village natal. Cela lui avait fait un bien fou. Il s'était senti si bien à dire vrai, qu'il s'agissait presque d'un nouveau départ. Revenir ici, entre ces murs, entendre sa mère lui poser toutes ces questions agaçantes, le ramenait inévitablement dans cette vie d'avant, celle dont les couleurs étaient ternes et le sens, vide. « Ils ont tellement de choses à manger, que tu ne saurais plus où donner de la tête. Mais je n'ai pas mangé depuis deux jours, je meurs de faim. C'est l'heure du dîner non ? » Aussitôt, tout le monde passa à table, heure du dîner ou non, que les autres membres de la famille aient faim ou non. Le père d'Hayden, à moitié somnolent dans son fauteuil de lecture, fut contraint de suivre la marche, non sans observer son fils du coin de l’œil. Il ne fit pas de commentaires sur ce qu'il remarquait, mais Hayden savait pertinemment qu'il viendrait plus tard le trouver dans sa chambre, dans le but de lui poser pleins de questions lui-aussi. Il voulait simplement éviter de le faire devant sa femme, un brin parano lorsqu'il s'agissait des agissements d'Hayden. Puis c'était son premier travail et il n'avait pas choisi le plus facile. En fait, la famille O'Grady n'avait aucune idée de ce que le métier de passeur impliquait, ni même en quoi il consistait. Encore moins pourquoi leur fils taciturne avait choisi de l'exercer. Et tout cela représentait quand même beaucoup de points à éclaircir.

Hayden, silencieux, entama son repas aussitôt servi. Il sentait les regards lourds de ses parents sur lui, qui faisait semblant de manger pour lui faire plaisir. Il était encore tôt, après tout. « Et sinon, tu es là combien de temps ? » demanda son père, faisant mine de ne pas y montrer trop d'intérêt. « Je ne sais pas trop... pas avant le mois prochain je suppose. Mais si le conseil repère un malheureux avec des pouvoirs, j'irais peut-être le chercher avant. » Son père lui lança un regard sévère, pourtant habitué aux sarcasmes de son fils sur la magie du Leatherland. Ses parents avaient très bien conscience de la souffrance quotidienne de leur fils par rapport à son don. Et ils regrettaient tous les jours qu'il n'en soit pas heureux. Mais le problème, c'était qu'Hayden avait la fâcheuse tendance de critiquer ouvertement la magie à qui voulait bien l'entendre. Ressentiment ou simple résultat de sa propre détresse, ses parents préféraient qu'il ne parle pas ouvertement de ce qu'il en pensait vraiment. Même à la maison. Hayden n'affronta pas son père du regard pour une fois et continua de manger comme si de rien n'était. Dans le fond, il aurait bien voulu être fier de son don. Mais le destin en avait décidé autrement. Il regarda par la fenêtre de la salle à manger lorsque des gouttes vinrent frapper doucement les carreaux. Il vit alors deux yeux verts l'observer. Shadow n'était jamais loin, comme d'habitude. Frustré de n'avoir pu accompagner son maître dans sa première aventure dans l'autre monde, il s'était montré particulièrement antipathique et asocial durant tout le temps de l'absence d'Hayden. Déjà que d'ordinaire il n'était pas des plus commodes, mais là, mieux valait faire un détour si on le croisait. Assis dehors derrière la fenêtre, il attendait patiemment qu'Hayden veuille bien venir lui parler. Habitué à leur relation tumultueuse, il ne s'offusquait plus de voir son maître l'ignorer plusieurs heures de suite. Avec les années, il comprenait Hayden mieux qu'il ne se comprenait lui-même et son indulgence à son égard était sans limite. Tout comme son amour. Mais n'était-ce pas le lot commun de tous les guides pour leur sorcier ? Ssssh, j'aimerais finir de manger , intima Hayden à Shadow pour qu'il taise ses pensées. Fais moi rentrer au moins. Il pleut, mon poil n'aime pas ça. Hayden se moqua aussitôt de lui Bouh, pauvre petit chat. Tu n'as qu'à pousser la porte, elle est ouverte. Shadow grogna, il aurait souhaité un peu plus de considération pour leurs retrouvailles.

Alors qu'il se mouvait avec grâce pour gagner la porte, Shadow s'arrêta en voyant arriver quelqu'un. Hayden ressentit aussitôt son agacement et comprit qu'il s'agissait sûrement d'une personne qui allait repousser un peu plus longtemps leur conversation. Qui est-ce ? La panthère ne voulut d'abord pas lui répondre et se montra carrément agressive plus l'inconnu approchait. Shadow, cesse tout de suite tes bêtises okay ? Quelques secondes plus tard, cachant ses dents non sans regret, son guide consentit à lui répondre. L'oiseau agaçant. Et la tornade. Hayden ne mit pas longtemps à comprendre que son guide parlait de Delvan. Cela faisait un sacré bout de temps qu'il n'avait pas prit le temps de le voir et de lui parler. Alors que sa mère ouvrit la bouche une nouvelle fois, il se leva, engloutissant les restes de son repas et buvant un peu d'eau. Voilà une échappatoire bienvenue, pensa Hayden en s'excusant auprès de ses parents, prétextant l'envie de prendre l'air. Il se précipita dans l'entrée, agrippant une veste au passage. Il entendit Shadow feuler de frustration derrière la porte, barrant la route probablement à Delvan. Levant les yeux au ciel, il ouvrit aussitôt la porte et donna une petite tape sur la tête de son guide pour qu'il arrête ses intimidations. Prenant sûrement son ami de court, il prit la parole le premier : « Oui, je veux bien sortir. Maintenant. Avec toi. Oh et salut Del', ça fait un baille. » Hayden fit aussitôt quelques pas pour s'éloigner rapidement de la maison familiale et fuir la pression ambiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Delvan Sigorelavatar

Membre du forum
Natif de Kyngdon



Ϟ Inscription : 14/02/2017
Ϟ Messages : 59
Ϟ Points : 117
Ϟ Avatar : Willy Cartier
Ϟ Crédits : Paigie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara & Gabriel
Ϟ Âge du perso : 24 ans
Ϟ Pouvoir : Tornades
Ϟ Guide : Elisha, un messager sagittaire
Ϟ Statut Social : Libre comme l'air /pan
Ϟ Métier(s)/autres : Garde-enfants et instituteur
Ϟ Lieu de résidence : Kyngdon



MessageSujet: Re: (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]   Lun 12 Juin - 15:08


« Et voilàààà ! » Delvan était sur le point de se lever quand une petite main ferme se posa sur son crâne. « Non ! On avait dit qu’on mettrait des violettes, t’as oublié ! » « Même pas vrai ! Puis d’abord ça va pas avec les boutons d’or. » Il retint un soupir alors que le débat sur l’esthétique de la chose commençait. Il aurait dû avoir fini son boulot depuis un bon quart d’heure, mais personne n’était encore venu chercher les deux soeurs et elle ne connaissait pas le chemin pour rentrer seules ; c’était bien là un problème propre aux nouveaux arrivants. D’ordinaire ça ne le dérangeait pas. Il adorait les enfants et il n’allait pas se plaindre de passer un peu plus de temps en compagnie de quelques unes des nouvelles têtes dont il avait la charge. Le truc, c’est qu’il avait d’autres choses de prévues. « Ça va être moche ! » « C’est toi qui est moche, Lydia ! » La répartie enfantine parut efficace, comme il put en juger par l’air crispé de l’aînée. « Ce n’est pas très gentil, Marie. Ta sœur a passé du temps à me coiffer, c’est normal qu’elle ne veuille pas changer ce sur quoi elle a travaillé. » Première petite fille calmée. Il fallait encore s’occuper d’apaiser Marie, qui regardait maintenant les violettes qu’elle avait cueilli fixement, comme si elle allait pleurer à tout instant. « Mais tes fleurs sont très jolies aussi. Tu sais quoi ? J’ai une idée ! On a qu’à en faire une couronne pour Elisha. » Une victoire de plus pour le brun, et deux petites filles heureuses ! C’est ainsi qu’après un autre quart d’heure à apprendre à ses compagnons du jour comment faire une couronne de fleurs, il fut enfin libéré par l’arrivée d’une mère visiblement débordée.

C’est ainsi que, les cheveux en une multitude de tresses différentes attachées de façon plus ou moins logique et tapissées de boutons d’or, Delvan se mit en marche avec Elisha à ses côtés, lequel arborait une jolie couronne de violette passée autour de son long cou. Un look plutôt classique pour le garde-enfant. Tu sais, s’il revient, il finira par passer nous voir. Comme son guide l’avait remarqué, ils ne rentraient pas directement chez eux. Ça faisait quelques jours que Delvan effectuait le même détour une fois sa journée terminée. Tu veux dire quand il reviendra. Il n’était pas un grand fan du conditionnel, pas quand ça concernait le retour au village d’un de ses amis d’enfance. Hayden était indéniablement plus épanoui depuis qu’il avait trouvé ce boulot qui l’emmenait régulièrement dans l’autre monde ; Delvan aurait dû être stupide pour ne pas voir ça. Pourtant, il refusait l’idée farfelue d’Elisha selon laquelle c’était parce que le passeur n’aimait pas leur village. Qu’y avait-il à ne pas aimer ? Ils étaient une communauté soudée, non ? Tu veux dire ça aux idiots qui se disputent Roann depuis qu’il est chef ? Ils ne sont sans doute pas méchant. Juste… un peu maladroits dans leur façon de faire ? Le messager sagittaire ne prit même pas la peine de répondre à son sorcier : son optimisme et sa volonté de voir le meilleur en chacun l’agaçaient déjà, il n’avait pas besoin de sa naïveté en plus. Qu’il continue à croire que tout ce beau monde voulait juste l’amitié du chef de façon totalement désintéressée.

Celui-là, tu vas pas me dire que je le comprend juste mal et qu’il veut simplement des câlins et la paix dans le monde. Le plissement d’yeux du volatile était presque comique. Il faut dire qu’il n’était déjà pas enthousiasmé par leurs passages à répétition chez la famille d’Hayden, alors l’accueil un brin agressif de Shadow avait tendance à l’irriter. Et bien sur, ça avait le don de ravir Delvan. Non mais je parie que Hayden est là s’il réagit comme ça ! Avec un grand sourire de gosse, il continua son chemin sans ralentir, par vraiment impressionné par la panthère qui lui faisait le gros dos. « Salut Shadow. Qu’est-ce que tu fais dehors par ce temps ? » Il avait peu d’espoir d’avoir une réponse par l’intermédiaire de son propre guide vu le peu de cordialité qui caractérisait la relation des deux animaux, mais il se montrait tout de même poli. Ce qu’il récolta, en revanche, ce fut un feulement et l’impossibilité d’accéder à la porte d’entrée. Tu veux que je lui apprenne la politesse ? Sérieusement, c’était quoi leur problème d’agressivité ce soir ? Ce fut ce moment que Hayden choisit pour émerger de la maison de ses parents, au plus grand bonheur de Delvan. Il avait l’impression que ça faisait des mois qu’il était parti ! Bon, il exagérait, mais il n’aimait pas savoir son ami seul dans l’autre monde, pas plus qu’il n’aimait les explorations dans leur propre univers. Il y avait trop d’inconnus auxquels s’exposaient des gens à qui il tenait. « Oui, je veux bien sortir. Maintenant. Avec toi. Oh et salut Del', ça fait un baille. » De toute évidence, il débarquait au bon moment. Malgré la mauvaise humeur évidente de son ami, Delvan ne cacha pas son éclat de rire. Il le rattrapa en trottinant, son sourire fermement en place, ses sourcils haussés de façon suggestive. « Sortir ensembles ? Voilà quelque chose dont on n’avait pas encore discuté. C’est un rendez-vous galant du coup ? » Bien sur, il avait compté lui demander comment tout s’était passé lors de son voyage, mais il n’allait pas ignorer ce genre de perche. Après tout, jouer l’imbécile était sa spécialité. « Faut qu’on trouve quelque chose qui puisse t’épater alors ! Le genre de truc qui te fait comprendre que je suis un mec cool et spontané, mais que j’ai aussi un côté doux et que je pourrais prendre soin de toi... » Elisha fit un bruit de bec ressemblant bizarrement à un rire et un soupir mélangé. Autant pour le soutien de son guide. Loin d’en prendre offense, Delvan rit de nouveau. « Nan mais sérieusement, t’as besoin de te changer les idées ? » Parce qu’il s’attendait pas vraiment à retrouver Hayden le soir-même et qu’il n’avait rien de prévu, mais que se lancer dans des bêtises plus grosses que lui pour divertir ses proches, c’était quelque chose dont il était toujours capable.

_________________

There's a whole lot of heart in me, I feel it under my skin
© CODE BY FRANKENHOOK


Mes awards, merci à vous bande de fous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t1015-delvan-he-believes-we-re http://leatherland.forumactif.org/t1023-carnet-de-delvan-sigorel http://leatherland.forumactif.org/t1025-journal-de-bord-de-delvan-sigorel http://leatherland.forumactif.org/t1024-inventaire-de-delvan-sigorel

Hayden O'Gradyavatar

Membre du forum
Natif de Kyngdon



Ϟ Inscription : 10/05/2017
Ϟ Messages : 18
Ϟ Points : 22
Ϟ Avatar : Cole Sprouse
Ϟ Crédits : bazzart @rastamachine
Ϟ Âge du perso : 23 ans
Ϟ Pouvoir : Rétrocognition
Ϟ Guide : Une panthère noire, un mâle appelé Shadow
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Passeur
Ϟ Lieu de résidence : Kyngdon



MessageSujet: Re: (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]   Sam 17 Juin - 11:27




Shadow n'aimait pas lorsque Hayden avait de la visite. Cela lui enlevait du temps qu'il pouvait passer avec lui et ces moments n'étaient pas si fréquents que ça. Surtout depuis son nouveau et premier travail. A la question de Delvan il se contenta de s'ébrouer et de grogner rapidement sur Elisha. Lorsque son maître fit son apparition, l'espoir n'était plus permis. Il devrait attendre, encore. Blessé dans son amour-propre, il grogna une dernière fois dans leur direction avant de s'éclipser. Il n'avait nullement l'intention d'accompagner Hayden après avoir été mit sur la touche. Son maître était une vraie tête de mule qu'il était parfois difficile d'aimer. Mais pouvait-on resté longtemps fâché contre lui ? La réponse était non. Et c'était bien ça le problème.

Hayden regarda la panthère s'éloigner doucement. Il eut un petit pincement au cœur en le voyant agir ainsi. Mais il n'était pas encore prêt pour leur conversation. Il n'était pas prêt à voir les yeux de Shadow confronter les siens pour qu'il lui avoue tout ce qu'il ressentait. Il pouvait parfois lire dans ses pensées les plus sombres et c'était plutôt effrayant. Comme un double de soi-même, sous forme de gros chat noir et paresseux. Hayden lâcha un petit rire lorsque Del' évoqua le fait de sortir ensemble. « Je t'avoue que je n'avais même jamais réfléchi à la question... Tu veux du coup ?» Nouvel éclat de rires. Delvan était un beau garçon, mais il était avant tout son ami d'enfance. L'imaginer de cette façon avait quelque chose d'étrange... et de particulièrement drôle. Le délire se poursuivit sur quelques mètres de plus. C'est que Delvan arrivait presque à le gêner d'un coup ! Mais Hayden n'était pas du genre à se laisser avoir si facilement par les entourloupes de son ami. Puis, la crédibilité de Del' était proche de zéro avec les fleurs qu'une fillette probablement, lui avait emmêlé dans ses longs cheveux. Les gosses pouvaient vraiment lui faire n'importe quoi. « Il n'y a pas plus cool que toi ici Del'... tu peux faire des tornades quand même. Mais tout ce que je vois, là tout de suite, c'est que tu voudrais me mettre des fleurs dans les cheveux. C'est la porte ouverte à trop de romantisme. J'ai besoin qu'on laisse mes cheveux tranquille tu comprends ? Tu es définitivement pas assez viril, mec.» Petit moment de solitude après avoir prononcé ces derniers mots, un peu comme si un jour, il avait pu y réfléchir et se dire que Del' ne ferait effectivement pas l'affaire. Alors qu'à aucun moment il ne l'avait vu autrement que comme un ami ! « Je suis trop gêné d'avoir dit ça», ajouta Hayden, ne pouvant s'empêcher d'éclater de rires plus longtemps. Del' avait le don de le mettre dans des situations improbables. Il était impossible de s'ennuyer avec lui et son optimisme l'emportait souvent sur ses idées noires.

« Nan mais sérieusement, t’as besoin de te changer les idées ? ». Retour à la vie au Kyngdon. Hayden, par réflexe, rangea ses mains dans ses poches. L'envie de rire s'estompa aussi vite qu'elle était arrivé. Il dû soudain lutter quelques instants contre son envie de rester seul. « Mmh... je suis harcelé de questions depuis mon retour. C'est chiant. Comme s'ils pouvaient comprendre, de toute façon. » Un banc en pierres fut choisi par Hayden pour se poser. Il pouvait toujours voir sa maison de là, ils ne s'étaient pas beaucoup éloignés. Il s'imaginait très bien ses parents à la fenêtre en train de les observer, discutant entre eux de leur fils si compliqué et si secret. Il lâcha un soupir. Il avait envie de fumer maintenant. Un truc plus fort qu'une cigarette. Mais il ne sortit qu'une cigarette. Il avait le sentiment que Del' ne tolérait pas autre chose qu'une simple clope. Tant pis pour le précieux air de Delvan qui s'en trouverait pollué. Il aurait peut-être même le droit au claquement de bec désapprobateur d'Elisha. Mais il s'en moquait. Tout comme il se moquait d'être revenu ici, d'être revenu dans ce village de malheur. Del' ne pouvait sûrement pas se douter de l'ampleur du mal être qu'Hayden ressentait à l'égard du Kyngdon. Pour lui, cela devait être un endroit merveilleux. Qui sait, peut-être que ça l'était vraiment lorsque l'on maîtrisait un pouvoir que l'on aimait. Mais pour Hayden, ce n'était que son village d'enfance où il avait passé le plus clair de son temps à se cacher et à se morfondre. Dire que maintenant il osait quitter les frontières du village pour visiter les autres villages. Dire que maintenant, il pouvait visiter l'autre monde. Le monde normal. Un monde qui lui semblait tellement plus plaisant que celui où il était né. « Et toi alors ? Qu'est-ce que j'ai manqué ? Toujours autant de mioches à te courir après pour jouer au loup ? ». Les aventures de Delvan avec les enfants, c'était toujours quelque chose. Hayden venait parfois le voir à la pause. Mais il ne pouvait pas rester longtemps. Les enfants étaient des êtres imprévisibles et joueurs. Il ne pouvait pas côtoyer de près sans risques des petites boules d'énergie prêtes à vous sauter à la figure à tout moment. Alors il repartait comme une ombre, un peu comme s'il n'avait jamais vraiment été là. L'histoire de sa vie, en gros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Delvan Sigorelavatar

Membre du forum
Natif de Kyngdon



Ϟ Inscription : 14/02/2017
Ϟ Messages : 59
Ϟ Points : 117
Ϟ Avatar : Willy Cartier
Ϟ Crédits : Paigie
Ϟ Autre(s) compte(s) : Adhara & Gabriel
Ϟ Âge du perso : 24 ans
Ϟ Pouvoir : Tornades
Ϟ Guide : Elisha, un messager sagittaire
Ϟ Statut Social : Libre comme l'air /pan
Ϟ Métier(s)/autres : Garde-enfants et instituteur
Ϟ Lieu de résidence : Kyngdon



MessageSujet: Re: (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]   Dim 18 Juin - 19:09


« Mais tout ce que je vois, là tout de suite, c'est que tu voudrais me mettre des fleurs dans les cheveux. C'est la porte ouverte à trop de romantisme. J'ai besoin qu'on laisse mes cheveux tranquille tu comprends ? Tu es définitivement pas assez viril, mec.» Delvan retint son éclat de rire, trop heureux de faire durer le léger silence pour permettre à son ami de se rendre compte de ce qu’il venait juste de dire exactement. « Je suis trop gêné d'avoir dit ça. » L’éclat de rire qui suivit était tout ce qu’il y a de plus spontané pour le brun : rien que l’expression faciale de Hayden valait le détour ! Comme le prouvait les fleurs coincées dans ses longs cheveux et son attitude plutôt sans prise de tête du quotidien, l’instituteur n’était pas de ceux qui iraient lire plus loin que ça dans ce genre de paroles. Il appréciait juste réussir à divertir la présente compagnie. « Ouais. J’arrive pas à croire que tu remettes ma virilité en cause ! » Il chassa les quelques tresses qui pendaient au dessus de son épaule droite d’un geste de main volontairement maniéré pour ajouter à l’effet théâtrale de son ton. « On peut être viril et prendre soin de soi, Hayden. » Il tint sa moue dédaigneuse une ou deux secondes avant de rire de bon coeur de lui-même. Pas de doute, l’autre jeune homme lui avait terriblement manqué.

Il déchanta pourtant vite. « Mmh... je suis harcelé de questions depuis mon retour. C'est chiant. Comme s'ils pouvaient comprendre, de toute façon. » Le changement soudain d’humeur de Hayden le contamina efficacement, ajouté à cela la légère déception de l’avoir rappelé à ses soucis. « Je vais t’épargner les miennes du coup. » Il souriait toujours, mais c’était plus pour ne pas accabler Hayden qu’autre chose. Il se laissa tomber sur le banc en pierre. Ce n’était pas l’idée qu’il avait de leurs retrouvailles : lui, il était pas doué avec les mots, pas vraiment le confident idéal, loin d’être à l’aise avec les problèmes des autres. Son domaine d’expertise était tout autre ; il était le prince des blagues idiotes et autres jeux de mots, l’ambassadeur des défis stupides, voire même insolites, la terreur des tables de billard. Il n’était qu’action, Delvan. Rester immobile, sous la pluie, sans pouvoir rien faire que d’écouter son ami déverser sa tristesse, c’était une petite torture. Car, comme l’avait dit Hayden, il pouvait pas comprendre. C’est pourtant simple, depuis le temps que je te le dis ! Il aime pas le village. Si Elisha s’était éloigné pour ne pas avoir à subir la fumée de cigarette, il restait assez proche pour suivre la conversation. Il n’aimait pas laisser son sorcier seul, de peur de le retrouver lancé tête la première dans une nouvelle bêtise. Arrête tes bêtises. Il est juste fatigué et un peu déprimé par la pluie. L’oiseau se permit enfin un autre claquement de bec désapprobateur, que ce soit pour l’idiot qui refusait de voir la vérité en face ou l’autre qui s’empoisonner de nicotine. Pas un pour rattraper l’autre.

Une chose que Delvan savait faire, en revanche, c’était parler de ses gosses. « Je commence enfin à trouver un peu plus mes repères avec les nouveaux venus. Quand je vois à quel point les enfants de l’autre monde sont dépaysés alors que plus on est jeune plus on est supposé réussir à s’adapter, je me demande comment font les adultes ! Ces gens ont beaucoup de courage de changer d’univers et d’abandonner tout ce qu’ils connaissent derrière. » Il aurait pu continuer sur sa lancée, mais soudain les paroles d’Elisha revinrent le hanter. Même si la théorie de l’oiseau était stupide, Delvan préférait ne pas parler de ce genre de choses avec son vieil ami, juste au cas où. Il ne voulait pas que Hayden apprenne ce que son guide s’était inventé et qu’il ait l’impression que l’instituteur essayait de le convaincre de rester. Il n’avait pas besoin de le convaincre puisque le passeur n’avait jamais songé à quitter définitivement le Kyngdon. N’est-ce pas ? « J’espère au moins aider les gamins à se sentir plus intégrés et rassurés. Et ça a l’air de marcher donc tout va bien ! » Il eut un nouveau sourire, plus taquin. « Il faut croire qu’eux voient ma virilité. »

_________________

There's a whole lot of heart in me, I feel it under my skin
© CODE BY FRANKENHOOK


Mes awards, merci à vous bande de fous ♡ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leatherland.forumactif.org/t1015-delvan-he-believes-we-re http://leatherland.forumactif.org/t1023-carnet-de-delvan-sigorel http://leatherland.forumactif.org/t1025-journal-de-bord-de-delvan-sigorel http://leatherland.forumactif.org/t1024-inventaire-de-delvan-sigorel

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]   


Revenir en haut Aller en bas
 

(Maison des O'Grady) Faute avouée, à moitié pardonnée ? [Del' \o/]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Leatherland :: Le Leatherland :: KYNGDON :: HABITATIONS-